Le burn out et PCM® ?

Si PCM était un plus à notre protection ?

Le burnout est-ce une mode ?

Fin des années 90 début 2000 le burnout ainsi que les suicides en entreprise font la une des médias. Apparaît aussi le harcèlement moral. S’agit-il de phénomènes de mode ? Le burnout est tout sauf un petit malaise ou un problème psychologique. Le burnout justifie souvent des mois d’arrêt de travail et d’être suivi par son médecin généraliste et un psychiatre.

Avant l’arrêt de travail, la personne vit une période pénible. Elle se bat à l’aide de décontractants, etc. Mais cela ne traite pas la cause qui se situe dans son environnement (entreprise). Qu’est-ce que la pratique de PCM peut bien venir faire dans ce paysage ?

D’abord le harcèlement moral

Dès 2000, en coaching, un de mes clients est confronté à 20 appels téléphoniques de la part d’un collègue. Heureusement, j’ai lu  le best seller de Marie-France Hirigoyen « le harcèlement moral » et même le livre d’Isabelle Nazaré-Aga « les manipulateurs sont parmi nous ». Je suis en mesure d’expliquer à mon client le mécanisme du harcèlement moral et de lui donner des clés pour y échapper. J’évoque le harcèlement moral qui est souvent une composante dans les prémices plus ou moins subtiles du burnout.

L’urgence face au harcèlement

Ce que j’ai en mémoire de Marie France Hirigoyen, c’est 2 recommandations 1/ se faire accompagner par un psy formé au harcèlement moral. Cette recommandation évite de tomber sur un psy qui culpabilise son client. Bien sûr, il y a aussi l’accompagnement par un coach. Le 2ème conseil, c’est de fuir. Même si cette mesure est très sensée, ce n’est pas toujours possible mais c’est intéressant de l’envisager. Isabelle Nazarré-Aga va donner une clé dont je vais abuser – cela consiste à être indifférent aux agissements du harceleur(1). C’est là où j’apporte des exemples à mes clients car le plus souvent ils ne sont pas prédisposés à être dans l’indifférence.

Le burnout en équation

J’ai eu la chance de me procurer le livre épuisé de Herbert Freudenberger (2) le principal découvreur du burnout. Il réussit la prouesse de résumer le burnout en le mettant en équation. Il écrit ceci « le burnout se déclare lorsque la somme des efforts fournis est inversement proportionnelle à la récompense reçue ». J’ai été sidéré par son « inversement proportionnelle » qui m’a défié. J’ai mis les lunettes PCM et voici ce que j’ai vu.

Quelle vulnérabilité ?

Chaque Personnalité PCM présente une vulnérabilité face au harcèlement moral et donc à ce risque qu’est le burnout.

  • La Personnalité Persévérant : elle est désemparée si elle est contrainte de travailler dans un environnement dont les valeurs vont à l’encontre des siennes.
  • La Personnalité Analyseur (Travaillomane) : elle ne comprend pas pourquoi elle n’est pas promue jusqu’à ce qu’elle comprenne que le relationnel prévaut à la perfection de sa production. Alors elle travaille toujours plus en faisant l’impasse de sa vie privée.
  • La Personnalité Empathique : dans un de ses mécanismes… au moins elle a de retour, au plus elle est généreuse croyant ainsi générer un retour
  • La Personnalité Imagineur (Rêveur) : sa vie intérieure la présente sans défense.
  • La Personnalité Promoteur : elle se referme sur elle-même sans le montrer si elle est contrainte à se comporter en petit soldat, sans porte de sortie.
  • La Personnalité Énergiseur : son émotion la rend sensible aux critiques de son entourage à propos de son côté décalé.

Nous avons tous les 6 Personnalités et nous n’échappons pas à l’une ou l’autre de nos vulnérabilités.

L’un des véhicules privilégié des besoins de reconnaissance, ce sont les félicitations. Une des clés pour éviter le burn out c’est donc la prise en compte de l’équation de Freudenberger par le biais des félicitations.

La Reconnaissance et les félicitations

L’enjeu fixé dans l’équation de Freudenberger est d’autant plus ambitieux que la culture française est peu portée à adresser des félicitations. Nous pourrions en conclure que nous créons malgré nous des environnements propices au burnout. Dans tous les cas, cela vaut la peine de s’en occuper que ce soit d’ordre professionnel ou privé.

Comment générer des tombereaux de reconnaissances, de félicitations, de remerciements, de compliments et d’encouragements ? Il a un moyen technique : la demande de feedback.

Que l’on soit salarié, consultant, coach, prestataire de service, on a tous besoin de connaître le niveau de satisfaction de son commanditaire. Les applications sur internet ont habitué les internautes à décerner des étoiles. Dans la vie courante, il suffit d’en formuler la demande.  Cela s’appelle demander un feed back.

Si quelqu’un, quelque soit l’environnement vous a demandé de réaliser quelque chose, il est légitime qu’après avoir obtempéré, vous lui demandiez si la réalisation est conforme. Il ne trouvera pas cela bizarre. Cela va très souvent générer une félicitation sans que vous ayez été quémandeur.

Demandes de feedbacks Process Com

Et si votre demande de feedback pouvait satisfaire votre besoin psychologique ? Voici une illustration pour chacune des 6 Personnalités :

Persévérant – Est-ce que la valeur que je développe dans le topo que tu m’as demandé, te convient ?

Analyseur (Travaillomane) – Est-ce que le travail que j’ai fourni, l’était dans un délai pratique pour toi ?

Empathique – L’aide que j’ai apportée à untel, l’a-t-elle soutenu dans son défi ?

Imagineur (Rêveur) – Dis-moi s’il y a un complément à apporter au travail que je t’ai rendu ?

Promoteur – J’ai pris l’initiative d’anticiper l’étape suivante, il fallait accélérer l’affaire ! J’espère qu’ils n’ont pas été trop choqués (?) (il ne s’agit pas tout à fait d’une question)

Énergiseur (Rebelle) – Bon d’accord… ma manière de traiter le sujet n’était pas académique (rire) mais on a bien avancé. Chacun a-t-il retrouvé ses petits ? (rire)

Les demandes de feedback, ci-dessus, donnent une idée de la démarche. En plus de la félicitation qu’elles génèrent la plupart du temps, en ciblant votre Personnalité qui en a le plus besoin, votre Besoin Psychologique s’en trouve satisfait. Vous faites d’une pierre deux coups.

Quelquefois la personne de votre entourage ne vous fera pas de félicitation. Ce n’est pas grave, il y a des handicapés des félicitations. La fois suivante, ça marchera. Le principal c’est qu’en systématisant cette démarche vous recevrez plus de félicitations que vous n’en auriez reçues sans cela. C’est ainsi qu’avec la mise en pratique de PCM, vous ferez coup double avec vos demandes de feedback.

C’est une manière de prendre en compte l’équation de Freudenberger et de limiter votre risque de burnout.

A vous de jouer et de recevoir moultes félicitations  !

Christian Becquereau
Assisté de Sylvie Nélaton

(1) le harceleur se nourrit du mal-être du harcelé.
(2) « la brûlure interne »

1
0
Christian Becquereau | 8 juillet 2024

Commentaire

*

SYLVIE NELATON et CHRISTIAN BECQUEREAU
ebook