Le Blog Le Blog

Tag: PCM
La Base et la Phase PCM®

Ignorer la Base et la Phase ?

Process Com est sans concurrence

Les plagiaires sont dépassés

Avec ses 6 Personnalités en chaque personne PCM échappe aux caricatures des modèles à 4 types. Son concepteur crée une 2ème différence en démystifiant le stress grâce à une douzaine de comportements facilement observables et, cerise sur le gâteau l’action à mener pour baisser le stress sur commande et instantanément.

Quelques années plus tard, Taibi Kahler met les candidats plagiaires KO debout en révélant la mécanique de la Phase. Les pseudos concurrents n’oseront pas voler cette ultime découverte bien que cela confine au génie. Cependant dans nos 3 livres consacrés à ce modèle, j’évoque à peine l’existence de la Phase et de la Base. Pourquoi je n’en tiens pas compte bien que ce sont des éléments majeurs de PCM. Cela mérite d’en dire un peu plus.

 

Qu’en est-il de la Base et de la Phase ?

Notre capacité d’adaptation

Toute personne dispose de 6 Personnalités plus ou moins disponibles selon la personne. Cela explique les capacités naturelles à s’adapter aux interlocuteurs et aux situations qui se présentent, sans même connaître PCM.

C’est parlant d’illustrer les 6 Personnalités PCM d’une personne sous la forme d’un immeuble à 6 étages. La Personnalité du RdC est appelée « base ». Elle est observable dès le plus jeune âge. Elle va marquer de son empreinte le caractère de la personne toute sa vie. Les 5 autres Personnalités seront appelées « étages ». L’une d’entre elle est appelée « Phase ».

La vie est ce qu’elle est. Elle nous réserve des surprises bonnes et mauvaises qui peuvent être l’objet de stress positif ou négatif. Quand nous n’arrivons pas à nous adapter, la réaction psychologique fait que nous allons faire l’expérience de l’étage suivant qui sera appelé « Phase ». La « Base » continuera à imprimer notre comportement. En expérimentant cet étage, la personne accède à de nouvelles ressources. C’est autant de chances de mieux affronter ce qui se présente à soi. Quand nous ne changeons pas de phase, face à une période de stress, c’est que nous avons su nous adapter sans avoir besoin de nouvelles ressources. Cela s’effectue inconsciemment, de manière dynamique. Il n’y a pas que le corps qui est bien fait, n’est-ce pas ?

L’une des parties observables de ce changement, c’est l’évolution des motivations de la personne. La Phase étant notre moteur motivationnel.

.

Notre adaptabilité

L’identification de la Personnalité en stress est la clé

La « Base » trouve sa force dans son taux d’énergie de 100%. Au plus le taux d’énergie est élevé dans une Personnalité, au plus ses ressources sont accessibles. La Personnalité de la Phase va acquérir le plein d’énergie au fur et à mesure de son expérimentation et de la satisfaction des Besoins Psychologiques associés.

Or, n’importe laquelle des 6 Personnalités peut entrer en stress qu’elle soit la Base, la Phase ou un autre étage. C’est pourquoi l’efficacité de la pratique de PCM en relationnel est conditionné par la capacité à identifier chez un interlocuteur laquelle de ses 6 Personnalités est en stress, sans avoir à présumer qu’il s’agisse de sa Base ou de sa Phase.

Cette mobilité du modèle Process Com respecte la dynamique relationnelle de la vie. Cela rend impossible de mettre les gens dans des cases. Cette dynamique crédibilise encore plus le modèle et le différentie des modèles qui se voudraient concurrents.

.

Les 3 usages de Process Communication

De la communication au Relationnel

Savoir pourquoi et comment nous fonctionnons sur le plan comportemental est un atout majeur. L’un des gros apports de PCM, ce sont les 12 formes principales de stress. Leur description est tellement simple qu’elles sont facilement observables. Les participants reconnaissent très vite leur comportement ainsi que celui de leurs proches. La pertinence et la cohérence du modèle leur sont évidentes. C’est le 1er usage de PCM : mieux se connaître.

Au-delà de la communication, depuis 1999 mes recherches sont axées sur le relationnel. C’est-à-dire d’obtenir le meilleur relationnel avec le plus grand nombre. Cela inclut de savoir aussi rétablir un relationnel dégradé, sortir d’une situation bloquée, etc. tout cela en un instant ! C’est l’objet de mes 2 premiers livres. C’est le 2ème usage de PCM.

Dans mon 3ème livre[1], j’apporte un 3ème usage, celle du coach[2]. Mes 25 ans de métier et mes plus de 10.000 heures de coaching m’ont apporté l’art des techniques pour acquérir de nouvelles habitudes pour obtenir des changements conséquents. Ces expérimentations avec mes clients sont d’une richesse que j’aime partager. Ce livre « lâchez les comportements qui vous jouent des tours » est un manuel pour s’auto coacher. Il peut aussi être un outil pour les coachs.

.

Et maintenant, le relationnel

Dépasser nos capacités d’adaptation

Nous ne sommes pas tous égaux en termes d’adaptabilité qu’il s’agisse de faire face à une situation ou à un relationnel. En exerçant les techniques, objet de nos développements, le praticien franchit cette limite. Dans un relationnel posons-nous les questions suivantes :

  • – la relation est-elle établie ? on se comprend et chacun accueille les différences de l’autre
  • – la coopération a-t-elle des chances d’être fructueuse ?
  • – avec cette personne mon niveau d’énergie est-il préservé ou renforcé ?

Ces 3 facettes du relationnel ne sont atteintes que si l’interlocuteur est hors stress sinon c’est mission impossible. Nos statistiques sont sans appel : une seule des 6 Personnalités de notre interlocuteur est en stress. Pour savoir comment agir, le praticien doit identifier à coup sûr laquelle des 6 Personnalités est en stress. Nos 25 ans de recherche se sont focalisés sur cette expertise et nos techniques ont été expérimentées des milliers de fois. Elles sont abouties et sûres.

.

La Base ou la Phase et le relationnel

Impossible d’étiqueter ses interlocuteurs

Sur plus de 4000 cas, l’identification de la Personnalité en stress n’a montré aucun lien privilégié avec l’un quelconque des 6 étages, fusse de la base ou de la phase.

Ce constat est une chance pour plusieurs raisons. S’il fallait prendre en compte la Base et la Phase pour créer les conditions optimales pour que l’interlocuteur baisse son niveau de stress cela reviendrait à mettre ses interlocuteurs dans des cases. La puissance de PCM s’en trouverait réduite. Le modèle s’éloignerait de la complexité du relationnel. Ce serait rejoindre le niveau de ses concurrents ! Il faut préserver les dynamiques de Process Communication Model pour garder la mobilité de la vraie vie relationnelle qui fait le côté pertinent et efficace de ce modèle.

Inutile de prendre en compte la Base ou la Phase, il suffit de repérer celle des 6 Personnalités en stress pour établir ou rétablir un relationnel OK. Voilà pourquoi autant ces deux Étages ont leur importance en connaissance de soi autant elles sont inutiles dans la mise en pratique sur le plan relationnel.

Christian Becquereau
Assisté de Sylvie Nélaton

Le Kremlin Bicêtre, le 6 avril 2024

« Notre qualité de la vie et notre chance sont directement dépendantes de notre capacité à établir d’excellents relationnels avec les gens que nous cotoyons »
.
[1] « Lâchez les comportements qui vous jouent des tours » (Process Communication en développement personnel)
[2] Je suis MCC Master Certified Coach depuis 2007 – certifié par ICF International Coach Federation.

4
0
PCM, une école de tolérance

Pourquoi se préoccuper de son niveau de tolérance ?

Quelle importance d’être tolérant ou pas ?

La tolérance est une vertu à laquelle je ne m’intéressais pas. Je faisais avec mon niveau qui s’était façonné au fil des ans, sans me poser de questions. Et cependant à bien y regarder le niveau de tolérance impacte la qualité relationnelle que nous avons avec notre entourage. Quand nous sommes en désaccord avec la position d’un interlocuteur le relationnel est mis à mal quand il ne capote pas. Notre vie sociale est en partie conditionnée par notre niveau de tolérance : le relationnel, la coopération, l’affection, la chance et même la santé psychologique et physique.

La pratique de PCM® (Process Com) m’a offert non seulement une grille de lecture passionnante de ce sujet et surtout sans effort la capacité de développer ma tolérance et de récolter les bienfaits associés.

.

La tolérance comment ça fonctionne ?

Le dictionnaire nous indique que la tolérance d’une personne, c’est « sa capacité à accepter ce qui spontanément est contraire à ses croyances, à ses valeurs ».  Cette définition montre par la formule « capacité à accepter » que la tolérance est une compétence. Ça veut dire qu’elle s’acquiert si on a envie des bénéfices qu’elle procure.

Jeune, je campais sur mes positions croyant que c’était bien dans tous les cas.  Je me souviens qu’un médiateur improvisé me demandait de mettre de l’eau dans mon vin. Je lui avais rétorqué « à force de mettre de l’eau dans ton verre, bientôt tu n’auras plus de vin ». L’échange avait tourné court et notre relation ne s’en était jamais remise.

D’ailleurs le monde politique qui est sous les feux de la rampe des médias montre que ces acteurs sont de moins en moins capables de tolérance. Les débats sont remplacés par des invectives lancées par les médias interposés. Quelle pauvreté !

.

La promesse de la tolérance

L’anecdote ci-dessus montre que l’intolérance dégrade la qualité de nos relationnels quand ceux-ci ne sont pas rompus à jamais. En une fraction de seconde on peut se couper d’une personne qui porte des opinions et des valeurs opposées aux nôtres. Un bas niveau de tolérance limite notre cercle relationnel. Et cependant nous savons tous que quel que soit le clivage, il y a des gens merveilleux de part et d’autre. Accepter son niveau de tolérance, sans chercher à le développer, c’est accepter de vivre dans un monde limité. Et développer son niveau de tolérance, c’est étendre son réseau relationnel et s’offrir des moments d’exception.

.

Nos croyances sont temporaires

Quand un avis contraire remet en cause une de nos croyances, l’impact est fort car il est intellectuel, émotionnel et même physique car nous avons la sensation que cette croyance est une partie constitutive de notre être. Or nos croyances ne sont qu’une partie constitutive de nos comportements. Chacun peut retrouver dans sa mémoire une croyance qu’il a fini par abandonner. Quand une croyance n’est plus d’actualité, parce que la vie nous a appris son contraire, le comportement change de lui-même sans aucun effort.

.

La barrière à franchir

Ne pas avoir le réflexe de rejeter la croyance opposée est la 1ère barrière à franchir. Sans aide ce n’est pas évident. C’est un réflexe, on se sent atteint, mis en cause, etc. Il faut arriver à prendre de la distance… mais comment ? C’est sur ce point sensible que Process Communication Model peut nous faciliter cette retenue ?

.

Et PCM dans cette démarche ?

Le praticien PCM arrive à prendre de de la distance

S’il y a 3 éléments géniaux à tirer de Process Communication Model, c’est 1/ nous avons six Personnalités en chacun d’entre nous 2/ chacune de ces Personnalités exprime une forme de stress spécifique et observable et 3/ ce stress peut baisser en un instant en satisfaisant le besoin psychologique correspondant.

Depuis plus de 25 ans notre mission consiste à développer des techniques complémentaires à cet « outil de communication » qu’est Process Com (PCM) pour en faire un « outil relationnel ». Nos participants apprennent très vite à repérer le stress de leurs interlocuteurs. La distinction est facile entre le comportement en stress et celui-ci hors stress. Cette capacité à distinguer ces deux états change tout. Le praticien PCM se distancie en étant observateur de ce qui se passe selon le modèle PCM. Il n’est plus piégé par son réflexe de rejet.

.

Deuxième apport de PCM

Ecole de tolérance

En formation quand on arrive à la Personnalité Promoteur les participants reconnaissent souvent un de leur proche, par exemple un habitué des manipulations. C’est une découverte pour eux de découvrir que la manipulation est une forme de stress. Mais le stress veut dire que cette personne est mal et qu’elle ne connait pas d’autre moyen de « soigner » son stress que de manipuler. Chaque Personnalité PCM a une forme de stress aucune n’est meilleure ou pire qu’une autre. Leur regard n’est alors plus le même sur leurs interlocuteurs. Ils font la différence entre la personne qui est devant elle et le comportement qu’elle manifeste. Autrement dit, ils font la différence entre la personne qui est devant eux et la croyance qu’ils ont fait leurs. C’est de la tolérance.

.

Faire de la Tolérance une habitude

James Clear auteur de « Atomic habits » nous dit qu’une habitude est établie quand il n’y a plus besoin d’y réfléchir pour la mettre en action. C’est ce qui explique que de décider d’être plus tolérant ne change pas notre niveau de tolérance car il faudra réfléchir à chaque fois. Et ce ne sera pas une habitude.

La pratique de Process Com distingue systématiquement l’état de stress et non stress pour préserver la qualité relationnelle. Cette distinction entre la personne et son comportement, s’inscrit petit à petit dans nos habitudes. Mais ce n’est pas fini.

Pour contribuer à sortir son interlocuteur de son stress, le praticien va s’adresser à lui avec une seule phrase PCM satisfaisant le besoin Psychologique correspondant au stress identifié. Cette adoption a deux effets, sur le praticien : 1/ il est acteur du relationnel ce qui est à l’opposé du réflexe de « rejet ». Son affect passe au second degré ; ensuite 2/ il offre un nouvel environnement relationnel à son interlocuteur, qui lui aussi, découvre une autre facette du praticien PCM.

 

Une vie apaisée

Ce regard que le praticien adopte vis-à-vis des autres, il l’acquiert aussi vis-à-vis de lui-même. La tolérance préserve de bon relationnel avec plus de monde. Nous quittons cet univers où nous pourrions être en bagarre avec tous. Cette démarche rend notre vie plus apaisée. C’est tout bénéfice.

Christian Becquereau
Assisté de Sylvie Nélaton

4
0
Le pouvoir de baisser le stress avec PCM ?

Le pouvoir de baisser le stress d’un interlocuteur ?

A-t-on ce pouvoir sur l’autre ?

Non, personne n’a le pouvoir de baisser le stress d’un interlocuteur. Le Dr Taibi Kahler est très clair sur ce sujet car il qualifie de Mythe toute croyance d’un pouvoir sur l’autre (cf. les 4 mythes de T Kahler). Mais alors, la promesse de PCM (Process Com) où le stress de l’autre baisse, serait-elle une arnaque ? Car si ce n’est pas une arnaque, il faut le démontrer.

Garantir un bon relationnel

Il est nécessaire que le stress de l’autre baisse

Ce n’est pas seulement un modèle pour mieux se connaître et mieux connaître les autres. Process Communication Model (PCM) se distingue par son efficacité en matière de relationnel et de coopération. C’est un outil qui offre à son praticien la capacité de rétablir une relation dégradée et même d’établir d’excellents relationnels avec tout le monde. Ceci n’est rendu possible que si le stress de l’interlocuteur baisse en un instant. C’est pourquoi il est impératif de répondre à la question « peut-on faire en sorte que le niveau de stress d’un interlocuteur baisse ? ». Si nous n’avons pas ce pouvoir, fixons-nous un objectif différent : créons des conditions favorables à la baisse du stress.

Le stress est une résultante

Le besoin psychologique est la clé principale

Autant chaque personne a des besoins physiologiques comme le besoin d’avoir un toit, de manger à sa faim, autant nous avons aussi des besoins psychologiques. Chacune des 6 Personnalités PCM a un ou plusieurs besoins psychologiques spécifiques. Par exemple la reconnaissance du travail est l’un d’entre eux, le besoin d’excitation en est un autre. PCM en identifie huit[1].

Quand l’un de ces besoins psychologiques n’est pas satisfait c’est comme pour le réservoir d’essence d’une voiture. Quand celui-ci est vide, il y a quelques ratés avant-coureurs puis la voiture s’arrête. Les besoins psychologiques sont notre carburant, grâce auxquels nous avons accès à nos potentiels, nous sommes ouverts, sereins, etc. PCM nous apprend que lorsque que nos besoins ne sont plus satisfaits, nous entrons en stress. Le stress est donc la résultante de la non-satisfaction du ou des besoins psychologiques qui nous concernent.

Le mécanisme de la baisse de stress

La baisse de son propre stress

Avec PCM toute personne peut éviter d’entrer en stress. Ce stress est désagréable pour elle et pour son environnement. Il détériore ses relationnels et sabote les coopérations possibles. La forme spécifique du stress révèle le besoin psychologique à satisfaire. C’est de notre responsabilité de satisfaire ce Besoin afin d’éviter d’entrer en stress.

Par exemple, comment satisfaire le besoin de la reconnaissance de notre travail ? Il est judicieux de privilégier la fréquentation des personnes qui nous apprécient et nous le disent. Ensuite félicitons-nous, nous-même par mail ou sms et tenons un journal où nous notons nos prouesses. Ensuite apprenons à demander du feedback à notre manager. Il nous a confié une responsabilité. Il trouvera normal que nous lui demandions si cela s’est passé comme il s’y attendait. Ce processus provoque souvent le bénéfice d’être félicité, complimenté ou encouragé. C’est aussi une occasion d’entretenir du lien avec notre manager.

Maintenant que nous savons comment ça marche pour soi, il reste la question « baisser le stress de l’autre ».

Baisser le stress de son interlocuteur

Satisfaire le Besoin Psychologique en une phrase

Quand nous écrivons « baisser le stress », cela ne veut pas dire l’éradiquer mais baisser son niveau. Ceci étant précisé revenons à la baisse du stress de l’autre.

Le modèle Process Com démontre qu’une relation ou une coopération qui se dégrade est quasiment toujours la conséquence du stress de l’un des deux interlocuteurs. Pour rétablir ce relationnel ou cette coopération, il s’agit que le stress baisse… en un instant si possible.

Dans Process Communication Model il n’y a que 12 comportements différents de stress à savoir repérer pour identifier celui qu’exprime l’interlocuteur. Ces 12 expressions de stress sont faciles à mémoriser car elles sont observables et bénéficient de définitions simples, tenant sur une ou deux lignes. Une fois le stress de l’interlocuteur qualifié, il suffit de satisfaire le Besoin psychologique correspondant avec une phrase. La satisfaction du Besoin psychologique est tellement puissante que son effet est immédiat. C’est le 1er effet. Et il y en a 3 !

Voici maintenant le 2ème effet. Lorsque le praticien utilise Process Com, il change d’attitude. Ce changement est perçu par l’interlocuteur en stress. C’est ce qui met en place l’environnement favorable à la baisse du stress. Voyons comment cela se produit.

Et le stress du praticien PCM ?

Le praticien peut être aussi en stress

Intéressons-nous au praticien PCM. Une relation ne lui convient pas. Il s’en rend compte au cours de l’échange. Tout en continuant l’entretien il sait qu’il dispose de l’outil PCM pour analyser ce qui se passe et ainsi savoir comment agir.

En entamant cette démarche le praticien adopte une posture d’observateur. Ce qui est tout à fait différent de quelqu’un qui serait mal à l’aise dans un échange et se demanderait ce qui lui arrive. L’observateur n’est pas concerné par le côté désagréable du relationnel qui grippe, c’est le technicien PCM qui va dérouler son processus. Le praticien n’est plus en stress.

A ce phénomène s’ajoute un 3ème effet qui renforce encore l’efficacité du processus PCM.

Le 3ème effet du processus PCM

Le changement observable du praticien

La phrase susceptible de baisser le stress d’un interlocuteur comporte 3 éléments PCM : bien sûr la satisfaction du besoin psychologique mais aussi l’usage de la perception du monde et du canal de communication qui convient à la Personnalité que lui présente son interlocuteur. En formulant cette phrase, d’un seul coup, non seulement le praticien change de comportement. Il adopte un relationnel qui se phase de manière idéale pour son interlocuteur. Cette modification est observable et ressentie par l’interlocuteur. Celui-ci devine une ouverture qui le met dans de meilleures dispositions pour que son stress baisse.

PCM tient-il ses promesses ?

Magique et techniquement explicable

Le résultat a un caractère magique dans la mesure où il est efficace et aussi parce que son effet est soudain. Mais tout s’explique. Le praticien n’a pas besoin d’avoir le pouvoir de baisser le stress de son interlocuteur. Ce serait un mythe. Il n’est pas magique puisque c’est la combinaison des 3 effets développés ci-dessus qui crée les conditions optimales pour obtenir un environnement idéal à la sortie du stress de l’interlocuteur ou au moins à la baisse de son stress.

Épilogue

Depuis plus de 30 ans, nos travaux sur ce modèle se sont concentrés sur l’identification chez l’autre de la Personnalité qu’il présente. Cette expertise rend PCM efficace à tous les coups.

Vous trouverez les clés dans nos 3 livres « Process Com pour les managers » – « la Process Com » et « Lâchez les comportements qui vous jouent des tours (PCM en développement personnel) ».

Christian Becquereau, assisté de Sylvie Nélaton
Le Kremlin Bicêtre, le 11 fév. 2024

[1] Dans nos développements en complément de PCM, nous avons deux besoins psychologiques qui concerne la Personnalité Imagineur (Rêveur).

10
0
Protéger ses collaborateurs avec PCM®

Un usage original de Process Com®

« Protéger ses collaborateurs » voilà un sujet bien curieux, sauf que c’est un facteur de succès. Il est peu probable que dans les formations de management ce thème soit abordé. Or, ce n’est pas qu’un facteur de bien être, c’est aussi un facteur de performance, à la grande satisfaction du collaborateur. Et le manager y peut y contribuer.

La vie de salarié n’est pas toujours confortable. Certains quittent l’entreprise, d’autres limitent leur mal vécu par le biais du télétravail ou en se mettant en retrait, voire en profitant du système social.

Dans certains services le vécu qui prédomine, c’est l’insécurité. Ce n’est pas le moindre des messages des burn out. Or grâce à un usage particulier de Process Com, le manager peut changer la donne.

La Pyramide d’A. Maslow

La sécurité le 2ème besoin

Les travaux d’Abraham Maslow révèlent que le besoin de sécurité est le 2ème des 6 besoins des humains, après celui d’avoir un toit et de manger à sa faim. C’est dire l’importance de s’en préoccuper. Process Com (PCM) offre au manager une lecture de chaque collaborateur avec qui il va pouvoir personnaliser la protection. En effet, chacune des 6 Personnalités PCM que chacun a en soi, entretient une tendance comportementale spécifique qui génère une résultante d’insécurité.

Dans certaines entreprises le chefaillon de service peut faire régner une ambiance épouvantable. Chacun est mal, la méfiance est de rigueur. Les membres se sentent en insécurité et rabougrissent leurs potentiels ainsi que leur niveau d’engagement. Tout le monde est perdant. Heureusement la majorité des managers sont généreux par nature. Ce qui leur manque, c’est un outil qui satisfait ce besoin de sécurité de manière personnalisée.

 

Protéger ses collaborateurs

Chaque Personnalité vit avec un travers

Le besoin de se sentir en sécurité est l’indispensable sensation pour oser entreprendre, s’engager, prendre des initiatives, voire même des risques. Le manager peut participer à ce que le sentiment de sécurité soit vécu par ses collaborateurs. Il y arrivera en ayant une démarche de protectionnisme adressée à la Personnalité PCM que chaque collaborateur lui présente. Selon que votre collaborateur est principalement dans une Personnalité ou une autre, voici comment le sentiment de sécurité est mis en danger et comment susciter une transformation :

Persévérant (un travers) : Cette personnalité se butte sur des positions de principe et se fabrique des ennemis, les collectionne presque.

La manière de manager cette Personnalité pour qu’elle sache comment se protéger, c’est de lui indiquer que se fabriquer de ennemis est un facteur d’échec. Elle doit trouver un processus relationnel pour éviter cet effet. Ceux qui réussissent dans la vie ont beaucoup moins d’ennemis.

Analyseur (Travaillomane) (un travers) : Focalisée à produire un travail parfait, cette Personnalité considère inconsciemment le relationnel comme secondaire ce qui la prive de riches collaborations.

La manière de manager cette Personnalité pour qu’elle sache comment se protéger, c’est de lui indiquer qu’en se focalisant à produire un travail parfait, elle ne passe pas assez de temps au relationnel avec son entourage. Elle perd donc cette partie de la vie et se prive des ressources de son entourage qui l’aiderait volontiers dans sa réussite.

Empathique (un travers) : Pour donner le meilleur d’elle-même cette Personnalité a besoin de renforcer son niveau de confiance en soi.

La manière de manager cette Personnalité pour qu’elle sache comment se protéger, c’est de la féliciter plus qu’aucune autre et de veiller à ce qu’elle ne minimise pas ses réussites.

Imagineur (Rêveur) (un travers) : Sans qu’elle n’en laisse rien paraître, cette Personnalité a besoin de se sentir voulue par son entourage. Or, elle ne donne aucun signal grâce auquel son environnement pourrait deviner ce besoin, au contraire. Elle est vécue comme une personne solitaire.

La manière de manager cette Personnalité pour qu’elle sache comment se protéger, c’est de l’inviter à donner des signaux à son entourage pour indiquer qu’elle apprécie que sa présence soit souhaitée.

Promoteur (un travers) : Sous ses dehors de fonceur, cette Personnalité a besoin d’évoluer dans un environnement de charme. Il ne sélectionne que les interlocuteurs qui s’autorisent à mettre du charme dans leur relationnel.

La manière de manager cette Personnalité pour qu’elle sache comment se protéger, c’est d’attirer son attention quand elle a un comportement clanique. Dans ce cas tout un processus se met en place, apparemment gagnant au début mais qui termine mal. En incluant même ceux qui ne dégagent pas leur charme, elle se protège et bénéficie de leurs ressources exceptionnelles tant humaines que professionnelles.

Énergiseur (Rebelle) (un travers) : Cette Personnalité a besoin d’un environnement où elle peut exprimer sa spontanéité, de la manière la plus enjouée possible.

La manière de manager cette Personnalité pour qu’elle sache comment se protéger, c’est de la féliciter même si elle les qualifie de flatteries. Il faut l’inciter à réduire sa forme originale de se comporter ou de s’habiller pour éviter d’être considérée comme marginale ce qui est un facteur limitant en terme d’intégration.

.

Le rôle du manager

Des collaborateurs plus performants

Le manager n’a pas toujours le choix de composer son équipe comme il l’entend. Il arrive qu’il récupère des collaborateurs moyens quelquefois même des « bras cassés ». Tout l’art du management c’est d’atteindre des performances avec tout ce beau monde. Il arrive qu’il doive faire avec un sous-effectif. Que chaque membre donne le meilleur de lui-même devient un impératif.

Le manager n’a pas le pouvoir de transformer ses collaborateurs mais il a le pouvoir de créer les conditions optimales propres à ce que ceux-ci expriment plus de leur potentiel et développent le niveau d’engagement maximal. Rendre l’environnement sécure est un procédé puissant.

En s’appuyant sur son expérience, son intuition, le manager sait comment s’y prendre. Dans notre atelier du J4 cette démarche est approfondie. Les yeux des managers brillent d’envie d’expérimenter ce processus.

Cet usage de Process Communication Model laisse apparaître des applications insoupçonnées de ce génial modèle qui ne finit pas de nous étonner.

.

Notre dernier livre

« Lâchez les comportements qui vous jouent des tours »

Le sous-titre de notre dernier livre paru en juin 2022, c’est « Process Com en développement personnel ». Personnalité par Personnalité, sans même ne rien connaître de PCM le lecteur sait comment lâcher ses travers presque toujours inconscients ; autant de processus gagnants à disposition.

Christian Becquereau

Assisté de Sylvie Nélaton

2
0
Pleurez les hommes et PCM®

La chanson de Michel Jonasz « pleurez les hommes » m’a attiré par sa musique au caractère hypnotique et sa retenue rythmique avant le verbe « tue ». Quelques particularités de l’écriture m’ont connecté au modèle Process Com. Après avoir écouté en boucle, « pleurez les hommes », ému, pris par sa beauté. Je me suis amusé à analyser, décortiquer le texte de cette chanson, peut-être l’une des meilleures depuis une dizaine d’années ou plus. Si vous connaissez PCM, vous verrez que ce décorticage révèle les pépites de la Personnalité dans laquelle l’auteur est lorsqu’il l’écrit.
.

Les paroles

Pour l’enfant battu, l’enfant que l’on … tue – pleurez les hommes (bis)
Pour l’enfance volée, l’enfance assassinée … pleurez les hommes (bis)
Pour l’amour perdu, la compagne que l’on … tue pleurez les hommes (bis)
Pour la femme violée, la femme tabassée … pleurez les hommes (bis)
(Et) que vos larmes forment un fleuve, qu’il nous inonde (bis)
Pour l’amour perdu, le bonheur que l’on… tue, pleurez les hommes (bis)
La haine éclatée, tous ceux qui sont tombés … pleurez les hommes (bis)
(Et) que vos larmes forment un fleuve, qu’il nous inonde (bis)
Et que se dévoile enfin la beauté du monde
.
Le lien pour l’écouter sur youtube : https://music.youtube.com/watch?v=aCaZpcCTrag
.

La voix de Michel Jonasz

La voix fatiguée de Jonasz dédramatise le sujet

Sa voix en déséquilibre apporte une fragilité au sujet et sa part d’humanité
.

Process Communication Model

C’est quoi Process Com ?

Pour le lecteur qui ne connaît pas PCM. Deux mots.
Son concepteur le Dr Taibi Kahler est sollicité dans les années 70 par la NASA pour que les astronautes aient le meilleur niveau de coopération dans un environnement stressant quelque soit leur personnalité et leur culture. Le génie de Taibi Kahler a été de trouver et de démontrer qu’en toute personne, il y a 6 Personnalités. La puissance de ce modèle c’est la capacité de baisser le stress d’un interlocuteur et d’établir ou de rétablir la communication. Au-delà de la communication, le relationnel est un facteur de réussite et de bien-être dans la vie. C’est pourquoi nous avons regroupé nos outils et techniques issus de notre R&D autour de Process Com sous le vocable « Process-Relationnel® ».
.

Le woke

L’Art est sans concession

Michel Jonasz ne s’encombre pas avec le wokisme. Il utilise le mot « homme » dans sa neutralité. Ce choix n’aura pas échappé à ceux qui seront dans leur Personnalité Persévérant.
.

Le pronom « on »

Ici, le « on » est personnel !

Le « on » pronom impersonnel à souhait attire l’oreille. Ici le poète semble s’inclure dans le « on ». L’auditeur se sent concerné sans être culpabilisé. C’est du fleuré moucheté. Tout est à peine suggéré. C’est la force du texte.
.

« Pour »

Ce n’est pas « pour » qui l’on croit

Pour l’enfant, pour la femme, pour l’amour, etc. Comment comprendre ces « pour » ? Là encore tout est suggestion, les « pour » concerne ces actes sans amour. C’est oser d’affirmer cela car c’est l’inconscient qui doit deviner.
.

Directif

Le canal de communication PCM

« pleurez » fait usage de l’impératif. En PCM, c’est le canal directif. Dans ce modèle seules 2 Personnalités emploient ce temps de conjugaison. Mais c’est surtout la signature de la Personnalité Promoteur. L’usage du « on » peut être entendu par « à chaque fois que l’on… » et ainsi ce « on » rend audible ce directif, même par les 4 Personnalités qui sont mal avec ce temps de conjugaison.
.

Pleurez

La force des lamentations, un acte d’amour

Nous pourrions nous attendre à ce que l’artiste nous commande de changer. Il n’est en rien donneur de leçons. Il ne nous demande aucun effort. Il nous invite à en avoir du chagrin, un chagrin de compassion dans un sentiment de désolation. Il devine qu’après le chagrin les hommes changeront. Rien n’est dit, c’est suggéré.
.

Un fleuve

Un changement de paradigme

Le poète écrit : que « vos » larmes … « nous » innonde. Le message peut signifier « nous » avons besoin de vos larmes pour que « nous » soyons innondés. Cette fois l’auteur s’inclut. La demande c’est de pleurer sans plus. C’est une invitation à être dans une émotion d’accueil. Nous nous sentons menés vers un sentiment d’amour.
Ce fleuve qui nous inonde, nous baptise à la renaissance d’un homme nouveau.
.

Style autocratique PCM

Un aspect caché du style autocratique

En PCM le style autocratique, c’est « je décide seul ». Deux des 6 Personnalités PCM exercent plutôt ce style. Cependant ce style est la signature de la Personnalité Promoteur. Quand l’auteur évoque l’aboutissement de son propos, il exerce le style autocratique. Ce n’est pas le fleuve « qui » nous innonde mais le fleuve « qu’il » nous innonde. La phrase est une invocation. Toute la chanson est une invocation, une sorte de prière.
.

La perception du monde (PCM)

Le prisme à travers lequel chacun interprète le monde

Michel Jonasz formule un espoir, une promesse. Cette promesse s’adresse à l’intérêt personnel de l’auditeur. Ce qui est la démarche de la Personnalité Promoteur.
.

Justification

Issu de la R&D de « Process Relationnel® »

Michel, à aucun moment n’explique le pourquoi. Il laisse l’auditeur compléter ce qui est à peine suggéré. C’est l’inconscient qui ouvrira d’autres champs. La Personnalité Promoteur est celle qui ne fait pratiquement jamais usage des justifications.
.

Les positions de vie

La communication n’existe qu’en [+/+]

Le sujet abordé par la chanson est éminemment humain, dramatique. Et cependant l’auteur évite de verser dans une position de vie [+/-] accusateur, ou une position de vie [-/+] geignard. Du grand Art !
.

La beauté du monde

L’Art est sans concession

De nouveau nous sommes dans le registre de l’invocation « que se dévoile enfin… ». Elle oscille dans l’émotion mais dans l’émotion du poète qui ne veut pas la dévoiler.
.

Conclusion Process Com

PCM dévoile l’Art

Dans l’écriture de « pleurez les hommes » l’artiste est de bout en bout dans sa Personnalité Promoteur. L’essentiel de cette chanson est dans la suggestion. C’est l’un des atouts de la Personnalité Promoteur à qui PCM attribue à juste titre la qualité de « persuasif ». Pour paraphraser Michel Jonasz, cette superbe chanson dévoile la beauté de la Personnalité Promoteur.
Pour rester dans l’esprit de la chanson, je terminerais par une invocation : que d’autres textes me donnent l’occasion de dévoiler la beauté de chacune des Personnalités PCM que nous avons tous en nous.
Christian Becquereau
Assisté par Sylvie Nélaton

2
0
PCM et la négociation

Une décision délicate à prendre

L’un de mes clients, formé à PCM, m’appelle pour une séance de coaching. Il a une décision à prendre et il est partagé. Au cours de nos séances, j’avais identifié qu’il avait beaucoup d’énergie dans ses Personnalités Analyseur (Travaillomane) et Empathique. Sa Personnalité Persévérant commençait à être présente.

Une proposition venait de lui être faite. Il en avait envie mais cela allait à l’encontre des dispositions qu’il réussissait à tenir depuis quelques mois, notamment à contenir son temps au travail, à déléguer davantage et à moins contrôler. La performance de la région dont il a la charge pourraient pâtir de cette responsabilité supplémentaire.

Au cours du coaching, mon client va découvrir deux compétences que ne cite pas PCM et que notre R&D a mis en évidence grâce à ce modèle. Ces deux compétences sont absentes chez les Personnalités Analyseur (ex Travaillomane), Persévérant, Empathique, Imagineur (ex Rêveur) et Énergiseur (ex Rebelle). C’est dire l’intérêt que ces compétences peuvent apporter à ces 5 Personnalités.

.

Directeur de région et service client national

Comment peser le pour et le contre ?

Mon client est directeur régional. Il manage une quinzaine de personnes dont 3 en rattachement direct. Des commerciaux, des logisticiens et des administratifs. Il y a 3 ans, il a repris cette région qui était la lanterne rouge du groupe. Aujourd’hui, elle est n°1. En plus de sa région il lui est proposé d’assurer la responsabilité nationale du service client dont le manager vient de démissionner. Cette responsabilité serait à assurer pendant 3 mois, temps estimé par la direction pour recruter un nouveau responsable.

Ce job l’intéresse car les régions, y compris la sienne, ont besoin de ce service qui ne marche pas. Il imagine déjà ce qu’il faudra mettre en place. Ce serait sa 1ère responsabilité d’envergure nationale.

For des séances précédentes, mon client ajoute qu’il a pris en compte son intérêt personnel en obtenant que le contrôle factures soit retiré du service client. Et d’ajouter « s’ils ne me proposent que 500€ d’augmentation, je refuserai ».

.

Les risques sont-ils partagés ?

Cadrer l’accord

Coach : Comment comptes-tu t’organiser pour assurer les 2 jobs ?

Client : Dans le service client j’ai repéré une personne qui assumerait bien le rôle d’adjoint. Dans mon équipe, je n’ai personne pour assurer cette fonction.

Coach : Bien ! Est-ce limité à 3 mois pour toi ?

Client : ça pourrait dépasser les 3 mois selon la durée du recrutement

Coach : Si cela prend plus de temps que prévu ? Quelles sont les conséquences pour toi et ta région ?

Client : Il y a le risque de ne pas maintenir la performance de ma région et que je me retrouve à trop m’investir.

.

La lecture Process Communication Model

S’imaginer dans une autre Personnalité PCM

Coach : Si tu avais 100% d’énergie dans ta Personnalité Promoteur quelle serait ton attitude vis-à-vis du prolongement des 3 mois ?

Client : Je pourrais me dire « ce n’est pas mon problème » mais je trouve cela sévère.

Coach : Après tout, c’est leur problème. Pourquoi serais-tu le seul à en payer les conséquences. S’ils n’ont pas réussi à recruter à temps, tu n’y es pour rien, n’est-ce pas ?

Client : Exact.

Coach : Si la mission se prolonge au-delà de 3 mois et que la performance de ta région se détériore, eux n’ont aucun inconvénient. Il y a un déséquilibre non ?

Client : Oui, c’est vrai. Je réfléchis.

Coach : Es-tu d’accord si je dis que les personnalités PCM que tu occupes le plus souvent, Empathique, Analyseur et dans une bonne mesure, Persévérant, te poussent à accepter la prolongation sans sourciller ?

Client : Oui bien sûr, mais je ne vois pas comment rééquilibrer les risques.

Coach : Ce n’est pas important que tu trouves tout de suite. Ce qui est intéressant c’est que tu cherches un rééquilibrage des risques. Tu vas trouver.

Client : Intéressant. Je n’aurais pas eu cette démarche sans la prise en compte de « ce n’est pas mon problème ».

Coach : Hé oui ! le « ce n’est pas mon problème » de la Personnalité Promoteur est intéressant. Si la mission devait se prolonger au-delà des 3 mois prévus, cette période supplémentaire mérite d’être considérée différemment. Tu as des arguments.

.

Le 1er degré de stress, une balise d’alerte

Process Relationnel® propose un usage positif du « ce n’est pas mon problème »

Client : J’avais toujours considéré le « ce n’est pas mon problème » comme étant un refus de coopérer.

Coach : Il y a une lecture positive du « ce n’est pas mon problème » 1er degré de stress de la Personnalité Promoteur. Personnellement après 10 ans passé dans ma Personnalité Empathique, désormais grâce à ma Personnalité actuelle Promoteur, le « ce n’est pas mon problème » m’alerte qu’il a un déséquilibre à rétablir. Ce n’est pas pour autant que je ne vais pas coopérer mais l’autre doit prendre en compte qu’il s’agit de son problème. A partir de là, nous pouvons trouver un accord équilibré.

Client : Cela veut dire que les conditions au-delà de 3 mois devrait être plus avantageuses pour moi (?)

.

Une qualité inattendue de la Personnalité Promoteur

Process Com pourrait ajouter une qualité à la Personnalité Promoteur 😉

Coach : Oui, ou trouver un inconvénient pour eux. Laisse-moi te challenger par une question. Nous venons de voir que le « ce n’est pas mon problème » qui sert l’intérêt personnel est une balise d’alerte. Cette composante incite la Personnalité Promoteur à développer naturellement une compétence fort intéressante, laquelle ?

Client : … Je cogite …

Coach : C’est celle de négocier. Quand une demande est faite à une personne qui présente sa personnalité Promoteur, son 1er réflexe c’est de négocier une contrepartie. Dans cette situation que pourrais-tu obtenir si la mission devait se prolonger au-delà des 3 mois ?

Client : Je pourrais négocier une augmentation de salaire et ou une prime… je ne sais pas comment ?

Coach : Allez ! je pousse le bouchon. D’accord ?

Client : Volontiers.

.

La demande impossible

Une demande non satisfaite donne un avantage au demandeur

Coach : Demande-leur qu’ils t’affectent un adjoint pour ta région.

Client : Ils n’ont personne.

Coach : Hé ! là tu prends un problème qui n’est pas le tien.

Client : Décidément, on ne se refait pas !!!

Coach : Mais si. C’est intéressant dans une négo de formuler une demande que l’interlocuteur ne saura pas satisfaire. L’autre se retrouve en dette vis-à-vis de toi. Ça donne un avantage dans la négociation. Et ils ont peut-être une solution que tu ignores… ou bien ta demande va leur donner une idée à laquelle tu n’avais pas pensé.

Client : D’accord je ferai.

Coach : Qu’imagines-tu négocier d’autre ?

Client : Piloter à distance l’adjoint du service client au bout de 3 mois.

Coach : C’est très bien. Tu pourrais aussi déjà annoncer qu’au-delà de 3 mois, tu reprends ton périmètre initial de responsabilités… juste pour voir ce qui se passe !

Client : C’est raide, non ?

Coach : S’ils trouvent cela raide c’est qu’ils se projettent dans leur échec. Cela va les pousser à respecter le délai.

Client : Evidemment.

Coach : Si la personne recrutée n’est pas encore là au bout de 3 mois qu’ont-ils comme alternative ? Embaucher un manager de transition ? Coût 40 k€/mois. Et quand celui-ci arrive, il ne connaît ni les produits, ni les services, ni les clients, ni la politique commerciale, ni la culture du groupe. S’il est très performant, il mettra un mois. Dans tous les cas, tu seras beaucoup moins cher et tellement plus efficace.

Client : Effectivement cette vision élargit le champ de la négociation. Je vais voir comment m’y prendre mais ça me va.

Coach : Veux-tu que nous allions plus loin ?

Client : Oui bien sûr

Coach : Comment prends-tu en compte ceux qui se défonceront pour que tu réussisses dans tes deux missions ? Si ta région a maintenu le cap, tes gens ont mérité. Cela vaut quelque chose, non ? Idem pour ton adjoint du service client. Il ne faut pas que tu aies à renégocier.

Client : Oui, je peux demander des enveloppes de primes disponibles à ma discrétion selon mon évaluation pour tout ce monde.

.

Quels enseignements adopteras-tu désormais

PCM au service d’une vie

Peux-tu conclure cette séance de coaching ? Qu’en tires tu ?

Client : Tout d’abord que je suis prêt à prendre cette responsabilité car je sais quoi négocier et donc me protéger et faire bénéficier mes collaborateurs de cette mission.

Ce sera la 1ère fois que j’aurai une responsabilité nationale, cela me positionne pour une évolution de carrière c’est positif pour moi.

Coach : Bravo ! … et sur le plan PCM ?

Client : J’ai une lecture beaucoup plus riche de la personnalité Promoteur, notamment du « ce n’est pas mon problème » et du réflexe de « négociation ».

Coach : Bravo pour ta reformulation. Ce n’est pas par hasard si ta région est numéro 1. Dans la négo tu feras la part des choses.

Christian Becquereau

Assisté par Sylvie Nélaton

3
0
PCM® et la loi de Pareto

Pratiquer Process Com avec 20% du modèle

A la fin du 19e siècle Vilfredo Pareto effectue des études sociologiques. Il découvre que dans tous les pays qu’il étudie, il retrouve la même répartition : 80 % des richesses sont la propriété de 20% de la population. A partir de ses travaux, d’autres chercheurs comme George K Zipf et Joseph Moses Juran vont découvrir et démontrer que cette « Loi » de Pareto s’applique à tous les domaines, 20% des efforts produisent 80% des résultats obtenus.

Depuis 1997, notre R&D a pour objet de développer des techniques pour mettre en pratique Process Com plus facilement et avec plus d’efficacité.  La loi de Pareto nous a incité à poser un regard nouveau sur notre pédagogie pour transférer la pratique de Process Communication Model. Et si nous n’avions besoin que de 20% du Modèle pour obtenir 80% des résultats ?

.

De la communication au relationnel

De 80/20 à Process-Relationnel®

Depuis début 2000 nos travaux ont eu pour but de dépasser la communication qui comme son nom l’indique est l’objectif de Process Communication Model. Avec ce modèle nous avons décidé de viser le relationnel. Il s’agissait pour le praticien d’acquérir ou de développer son relationnel, cet extraordinaire atout qui change une vie. Il suffit d’observer ceux qui ont un relationnel d’exception pour constater que c’est un atout tant de réussite que de bien être dans la vie. Offrir cet atout à chacun motive notre démarche de R&D depuis le début.

Passer de la communication au relationnel exige de disposer d’outils utilisables en plein échange avec nos interlocuteurs. C’est là où la démarche 80/20 prend tout son intérêt.

.

La richesse de Process Communication Model®

PCM un modèle très complet

Avec générosité, Taibi Kahler a mis dans son modèle toutes ses découvertes : ses modélisations de l’Analyse Transactionnelle, les travaux de Paul Ware, ses observations cliniques, ce qui a trait au scénario de vie, etc. C’est très bien pour les psy. Mais pour le praticien de tous les jours, c’est trop. L’apprenti finit par imaginer à tort que Process Com est complexe. Dans ce dédale d’éléments, aussi pertinents soient-ils, le participant se croit obligé d’utiliser au moins 80% des éléments du Modèle et pourtant il n’obtiendra que 20% de résultats.

Le côté « Mécano » de PCM donne du confort en termes d’apprentissage sur la partie découverte de soi-même. Quand il s’agit de passer de la communication au relationnel, le point de passage qu’il ne faut pas louper, c’est d’identifier celle des 6 personnalités que nous présente notre interlocuteur… et là, le côté Mécano se perd. Or, l’identification est le point incontournable pour réussir en relationnel. Le praticien a besoin de ce côté Mécano pour visez le « zéro erreur » dans l’identification de la Personnalité PCM qui nous gêne chez notre interlocuteur.

Si les erreurs sont au rdv, le découragement vient vite. Pour garder le bénéfice de la pratique toute sa vie il faut obtenir des résultats flagrants dès les premiers essais. C’est là où il faut cibler les 20% nécessaires à la réussite de la mise en pratique de Process Com.

.

Les 20% de PCM

Ce qui est nécessaire pour le relationnel

La puissance de PCM est atteinte lorsqu’on est capable, lors d’un échange de baisser le stress de notre interlocuteur et de rétablir le relationnel. Pour réussir cette opération unique il ne faut maîtriser que 2 choses : identifier celle des 6 personnalités qui nous gêne chez l’autre et savoir construire une phrase PCM capable d’agir sur le stress de l’autre.

La construction d’une phrase qui peut baisser le stress est composée de la satisfaction du besoin psychologique, de la perception du monde et du canal de communication. C’est tout. Par exemple « Est-ce que j’ai bien compris ton point de vue si je dis que… bla bla ? ». Cette phrase satisfait le besoin psychologique de la reconnaissance de l’opinion ; cette phrase utilise le canal interrogatif « est-ce que » et elle est dans la perception du monde des opinions. Elle a toutes les chances de baisser le stress de l’interlocuteur. (ici Persévérant)

.

Identification de la Personnalité PCM

Le zéro erreur dans l’identification est atteignable

Pour cibler celle des 6 Personnalités qui nous gêne, nous disposons des positions de vie au 2ème et 1er degré de stress. Nous avons cherché des outils complémentaires qui soient dans la logique Mécano du modèle PCM. Nos travaux ont développé deux outils :

  • La dichotomie des 6 personnalités avec une seule question « est-ce que l’interlocuteur Cherche à Entrer en Relation (CER) ou Entre en Relation essentiellement Quand (ERQ) ? La réponse CER qualifie les Personnalité Persévérant, Analyseur, Empathique. La réponse ERQ qualifie les Personnalités Imagineur, Promoteur et Énergiseur.
  • L’usage des Portes de communication, celle de la pensée, celle de l’émotion et celle de l’action.

L’outil CER/ERQ évite les confusions d’identification.

L’utilisation de ces 2 outils et des positions de vie visent le « zéro erreur d’identification », clé de la réussite.

.

Le premier essai 80/20

Notre 1er essai de la loi de Pareto

En 1997 je missionne un ami formateur certifié de faire une formation de 2 jours auprès de clients dont j’étais le coach. Le cahier des charges que je lui donne est simple retirer ce qui n’est pas utilisé dans la mise en pratique :

  • Les scénarios de vie et les questions existentielles
  • Les caractéristiques au niveau des faciès, de l’environnement de chaque Personnalité
  • Les pourcentages de répartition des différentes personnalités entre les hommes et les femmes

Je ne connaissais pas encore la Loi de Pareto. Malgré ce coup d’essai certains clients ne savaient toujours pas mettre en pratique PCM pour en tirer tous les bénéfices sur le plan du relationnel. Ce fut l’occasion pour moi d’organiser mon 1er atelier de mise en pratique.

.

Process Communication Model en développement personnel

Notre 3ème livre présente un abrégé de PCM

Notre 3ème livre « lâchez les comportements qui vous jouent des tours » est écrit pour un large public, y compris les lecteurs qui ne connaissent pas PCM. Pour ceux-ci le livre se termine par un abrégé du modèle où il est tenu compte d’une grande partie de la loi de Pareto 80/20.

.

La pédagogie PCM

Ceux qui savent pratiquer, pratiquent toute leur vie

La construction d’une formation PCM prenant en compte la Loi de Pareto change la donne. Le temps consacré à la mise en pratique et aux exercices, tant individuels qu’en groupes, prend une place importante à la grande satisfaction des participants qui quittent la formation en sachant pratiquer. Notre mission c’est que les participants rendent leur vie plus agréable avec un relationnel idéal dans leur vie privée, professionnelle et sociale grâce à la pratique de PCM tout au long de leur vie. Avec le 80/20 nous nous sommes rapprochés encore plus de notre mission.

.

Le principe 80/20 – historique

De 80/20 à 99/1

Richard Koch dans son best-seller « le principe 80/20 » démontre que dans certains cas, c’est du 90/10 voire du 99/1. Ça veut dire que rien n’est acquis et que notre R&D se poursuit.

Obtenir le maximum de résultat tout de suite avec le minimum d’effort dans la mise en pratique, c’est ce qui nous motive et nous guide dans nos R&D.  Aller jusqu’au bénéfice relationnel de PCM influe sur la réussite de sa vie et la rend plus agréable. Cet enjeu vaut la peine de voir comment tirer profit de ce modèle avec le minimum d’effort. N’oublions pas l’appellation de George K Zipf « la loi du moindre effort » – intelligent, non ?

Christian Becquereau

Assisté de Sylvie Nélaton

6
0
Etre un Explorateur PCM

Accéder à nos Personnalités Process Com inaccessibles

.

Des potentiels inexploités à portée de main

Doubler son potentiel

Les participants à nos formations PCM sont tout de suite convaincus quand ils découvrent qu’ils ont en eux six personnalités. Le traitement du questionnaire qu’ils ont rempli au préalable leur indique le pourcentage d’énergie dont ils disposent dans chacune de leurs Personnalités.

En 25 ans, nous avons constaté qu’en moyenne, une personne accède pleinement à 2 de ses personnalités et qu’une troisième est une ressource partielle. Plus de trois de nos personnalités restent en sommeil, presque inutilisées. Et si nous jouions les explorateur PCM avec ces Personnalités oubliées ?

Si ces 3 Personnalités étaient réveillées, elles élargiraient notre qualité relationnelle avec beaucoup plus de personnes. Cela augmenterait nos chances dans la vie. Cela doublerait nos potentiels. Est-ce possible de développer leur accessibilité et de disposer de tout notre potentiel ? Après tout, ces 3 Personnalités sont à portée de main.

.

Changer son regard sur une Personnalité

Découvrir une personnalité sous un autre angle

En découvrant PCM début des années 90, je me suis rendu compte qu’auparavant je gardais mes distances avec ceux qui me présentaient leur Personnalité Promoteur. Je craignais ces Personnalités fier-à-bras, sûres d’elles, rayonnant d’un large sourire, séduisantes comme des artistes de cinéma. Dans ma Personnalité Persévérant, je m’en méfiais. Avec la lecture PCM j’ai compris comment cette Personnalité fonctionnait, le pourquoi et le comment de ses comportements. Cette découverte m’a amené à avoir un autre regard sur elle et à savoir l’apprécier.

J’avais une certaine acceptation de ce que j’avais estimé être des travers comme ne jamais perdre de vue son intérêt personnel. Et je leur enviais leur talent pour persuader en usant de leur charme.

.

Changement de Personnalité

J’accède à une nouvelle Personnalité ; quelle aventure !

Fin des années 90, comme Président d’un tissage, j’ai vécu un dépôt de bilan. Entre le moment où la perspective de la cessation de paiement commence à poindre et le jugement final du Tribunal de Commerce, il s’est déroulé un an et demi. C’est un an et demi de stress. L’année d’après je me suis rendu compte que j’avais démissionné de trois associations, à chaque fois pour de bonnes raisons. Trois démissions en un an, ça interroge. Que se passait-il ? j’ai réalisé qu’elles étaient motivées soit par un intérêt personnel soit par le besoin de couper ces liens. Le constat était clair, j’étais passé dans ma Personnalité Promoteur. Mes moteurs, mes motivations avaient changé. A chaque démission, la décision m’était naturelle. J’étais étonné de n’avoir aucun état d’âme ce qui aurait été le cas dans ma Personnalité précédente.

.

Vivre une autre Personnalité Process Com

Vivre la Personnalité Promoteur

Dans l’approfondissement de PCM et sa mise en pratique, je m’étais investi pour connaître les mécanismes les plus subtils de la personnalité Promoteur. Je découvrais qu’en vivre les sensations, c’était une tout autre affaire. C’était un nouveau voyage et l’excitation de nouvelles expériences, de vécus inconnus jusqu’alors. Je me découvrais être un nouvel homme. Par exemple, je me surprenais à refuser de faire quelque chose sans me justifier ou à garder une certaine distance dans un différend avec quelqu’un tout en gérant le problème, à ne jamais perdre de vue mon intérêt personnel, à savoir me limiter à ce qui était de ma responsabilité sans état d’âme, à être attentionné et affectueux sans être envahi par l’amour ce qui était tout aussi troublant. Il est possible de lister à l’infini tout ce qui est neuf. La générosité est désencombrée de sensations affectives ; intégrer dans toute approche une dimension de négociation est un atout. Quand on est attentif à ces changements, sans être une autre personne, ce sont des découvertes étonnantes, surprenantes, jouissives. Ce sont autant de ressources nouvelles.

La vie s’est chargée de cette ouverture à ce monde nouveau et à ses sensations. Ces expériences sont des plus intéressantes. Cela vaut la peine de se demander s’il y a une possibilité d’accéder à une autre Personnalité sans passer par la case stress prolongé, fusse celle de bonheur ?

.

PCM et la réincarnation

Process Communication Model ouvre de nouvelles perspectives

Avoir accès à une nouvelle Personnalité, c’est s’ouvrir à d’autres motivations, à d’autres valeurs, à d’autres repères, à d’autres comportements, à d’autres regards sur le monde, à une autre lecture de la vie, à d’autres sensations, etc. C’est comme si nous choisissions de nous réincarner dans notre vie. L’intérêt de cette réincarnation, c’est que nous ne repartons pas de zéro. Nous gardons nos acquis des autres personnalités. Avec la grille de lecture de PCM, nous apprécions d’autant plus les différences de vécus.

Faut-il passer par une longue période de stress pour accéder à une nouvelle Personnalité ? Doit-on attendre les aléas de la vie pour avoir cette chance ?

.

Tentative d’Explorateur

Accéder à une de nos personnalités oubliées

PCM dit qu’à l’issue d’un stress prolongé, nous passons dans la personnalité suivante. Ma prochaine personnalité, c’est celle Énergiseur. Sans objectif a priori, j’ai eu une attitude d’explorateur en adoptant les particularités de cette Personnalité. Par exemple, je ne disais plus au revoir je doublais mon au revoir « au revoir, au revoir » ; chaque fois que je peux je ris de manière audible tout en parlant même si ce que je dis n’est pas drôle ; j’essaie d’avoir le dernier mot, quitte à ne pas dire quelque chose de sensé. J’aborde des gens que ne connais ni d’Eve ni d’Adam, avec un visage rieur. Ce sont des techniques simples que je transfère en coaching à mes clients pour qui le relationnel est secondaire.

A mes clients je dis qu’ils vont vivre des sensations nouvelles, ce qu’ils me confirment. Maintenant quand je suis en relation avec une personne qui me présente sa Personnalité Energiseur, j’ai la sensation que nous sommes du même monde. Je vois comment elle agit, elle est drôle, c’est amusant. Ses fragilités sont attendrissantes. C’est une excursion dans une autre personnalité. C’est passionnant !

.

Provoquer un changement de Personnalité ?

Soyez explorateur d’une Personnalité PCM qui vous est moins accessible

En qualité de chercheur j’ai partagé à la fois ce vécu de passage à la Personnalité Promoteur et mon exploration de la Personnalité Énergiseur.

Suis-je pour autant passé dans ma Personnalité Énergiseur ? Je ne le crois pas. Ai-je augmenté le pourcentage d’énergie dans cette personnalité, c’est évident car je peux y rester plus longtemps. Et puis confidence pour confidence quand je manque de courage pour entamer un travail, volontairement je m’adonne à un de mes passe-temps favoris : processus typique de cette Personnalité. Je retrouve alors la pêche qui me manquait. Ça veut dire que j’ai accès aux ressources de cette Personnalité. C’est génial, non ?

La conclusion, c’est qu’effectivement en mettant en pratique le maximum de caractéristiques d’une Personnalité, nous habitons cette Personnalité de plus en plus intimement. C’est l’occasion de vivre une autre vie, avec toutes ses sensations nouvelles grâce à de nouveaux potentiels jusque-là inaccessibles.

Depuis quelques temps, à la fin de nos conversations Sylvie me dit souvent « tu sais je te trouve de plus en plus dans ta personnalité Énergiseur… ».

Cette fois, c’est à vous de jouer l’explorateur PCM et de vivre une réincarnation de votre vivant ! L’expérience est unique.

Christian Becquereau

Assisté de Sylvie Nélaton

4
0
Pas d’ennemi

PCM éclaire la tendance à se fabriquer des ennemis

 

PCM en séance de coaching

Mon client a subi une injustice

Lors de mes coachings, il est arrivé qu’un client évoque une injustice qu’il venait de subir de la part d’un collègue ou d’un membre de sa hiérarchie. Il était remonté, ulcéré même, prêt à en découdre.

A brûle pourpoint je lui demandais « as-tu remarqué qu’en général ceux qui ont des postes importants ont peu d’ennemis ? ». Après un court instant de silence qui marquait son étonnement, très vite il convenait que c’était généralement le cas. Mon client ne pouvait pas deviner que je m’appuyais sur Process Com (PCM) et qu’avec cette prise en compte, dorénavant il allait agir différemment, à son grand bénéfice.

.

Ne pas subir l’injustice

Demander des comptes sans se faire un ennemi !

Dans la vie certaines personnes nous blessent ou sont injustes vis-à-vis de nous ou nous désavantagent de manière incompréhensible ou leur décision partiale à notre égard nous atteint profondément. Ces situations sont tellement inacceptables qu’il y a de quoi se révolter et d’exiger que ces personnes nous rendent des comptes. On ne peut quand même pas se laisser traiter de la sorte. Nous ne sommes pas des paillassons ! Bien sûr, vouloir se faire respecter est louable. Cette attitude de fierté se comprend. Mais faut-il croiser le fer pour autant et se faire un ennemi juré ?

Ma question présente l’intérêt de volatiliser une partie de l’émotion dans laquelle mon client est embourbé. Pour grossir le trait j’ajoute, « il est curieux de constater que pour certaines de ces personnes qui assurent des hauts postes, on se demande comment ils sont arrivés là, alors que ni leur légitimité ni leurs compétences ne sont flagrantes… » Une des réponses, c’est que leur nomination n’a posé de problème à personne. C’est le résultat d’avoir peu d’ennemis. On peut trouver que cela manque d’ambition et que cela réduit l’efficacité de l’entreprise. Ces critiques sont justifiées mais ça marche souvent comme çà. On peut ignorer la réalité mais il faut accepter d’en payer le prix. Se faire des ennemis n’est pas sans conséquence.

.

Demander des comptes quand même

Utiliser PCM pour formuler une demande qui ne soit pas une accusation ?

En séance, le client est tout de suite disposé à s’y prendre différemment et à ne pas se faire un ennemi de plus ! Inutile de chercher à le convaincre, il est convaincu. Il réalise que se créer un ennemi est une mauvaise affaire pour lui à court moyen et long terme. Face à cette évidence, il abandonne son option initiale dans laquelle il n’avait pas pris en considération le paramètre « ennemi ». Cependant il n’est pas plus question d’en rester là, alors comment traiter le sujet sans se fabriquer un ennemi de plus

Le client imagine le mode d’action à mener de son interlocuteur. Presque toujours, il décide d’aller voir la personne pour lui demander le pourquoi sans échafauder d’hypothèses.

.

La préparation de la rencontre

Créer les conditions de réussite

 

Pour être dans les meilleures conditions et n’être pas pris de cours, nous imaginons les différentes hypothèses possibles. Voici un résultat :

  • 1ère option : il y avait une logique défendable non prise en compte mais rien contre moi ;
  • 2ème option : il y a eu une bévue involontaire qui sera corrigée ;
  • 3ème option : il y a eu mauvaise intention. »

Fort de cette préparation mon client ne pourra que resté concentré à préserver la meilleure qualité relationnelle.

Nous finissons la séance en élaborant la formulation de la question à poser, afin que celle-ci ne porte aucun jugement. (Merci Process Communication Model).

 

La lecture PCM du phénomène

Chaque Personnalité Process Communication a sa motivation pour se faire des ennemis

Le modèle PCM démontre que nous avons en chacun de nous six personnalités. Les participants aux formations sont tout de suite convaincus. Certaines de ces 6 personnalités sont en réserve comme des potentiels agissant peu souvent. D’autres sont bien actives.

D’une manière synthétique voyons comment chacune d’elle peut tomber dans le piège de se fabriquer des ennemis.

La Personnalité Persévérant estime que sa mission est d’être un redresseur de torts,

La Personnalité Analyseur (Travaillomane) trouve inacceptable une démarche qui ne réponde pas à des critères logiques.

La Personnalité Empathique vit mal ce qu’elle perçoit comme étant mal aimée. La mauvaise image qu’elle va se construire du « coupable » va dégrader la relation. Son interlocuteur ne sera pas systématiquement un ennemi mais il lui sera hostile.

La Personnalité Imagineur (Rêveur) ne s’exprimera pas ; elle se recroquevillera davantage vis-à-vis de la personne concernée. Cette distance perceptible va éteindre leur relationnel.

La personnalité Promoteur fait son marché des gens qui servent son image et laisse tomber les autres Elle se fiche à tort d’avoir des ennemis si ceux-ci n’ont pas d’influence politique.

La personnalité Énergiseur (Rebelle) peut se faire des ennemis en une répartie, face à un interlocuteur qui prendra sa plaisanterie au premier degré. Cette personnalité s’en rend compte mais elle laisse la situation en l’état bien qu’elle en soit désolée.

Chacune de nos personnalités peut être concernée par ne pas voir que son action va fabriquer un ennemi. Les personnes qui ont beaucoup d’énergie dans les personnalités Persévérant et Analyseur seront plus aveuglées que les autres personnalités et exerceront ce contre-talent de se fabriquer des ennemis.

.

A la séance suivante

Comment passé cet échange ? pour mon client c’est une première

Mon client démarre tout de suite « J’ai réfléchi et voici les principales options auxquelles j’ai pensé :

Mon client continue son récit : « J’ai donc vu mon interlocuteur. En fait… ».

En fait son échange a révélé que la situation qui l’avait autant mis en colère était le cas 1ère option. Les deux interlocuteurs étaient ravis de cet échange clarifiant et leur relationnel s’était même amélioré.

Dans le cas de la 3ème option, mon client aurait le droit de s’en faire un ennemi ou mieux d’adopter une stratégie plus habile (sans s’en faire un ennemi).  Mais c’est une autre histoire.

.

Les 4 accords Toltèques

Ne pas se faire d’ennemi, c’est mettre en œuvre 2 accords Toltèques

Le livre de don Miguel Ruiz est sans nul doute un best-seller. En fait la mise en œuvre de ce coaching PCM, c’est la mise en œuvre de deux des 4 accords Toltèques :

  1. Quoiqu’il arrive n’en faites pas une affaire personnelle
  2. Ne faites pas de suppositions.

Quelquefois nous lisons des livres de référence comme celui-là et nous sommes bien en peine de mettre en œuvre ces fabuleuses recommandations. En apprenant à agir sans se faire d’ennemi inutile, c’est un mode d’appropriation de 2 des 4 accords Toltèques. Le pli est pris.

.

L’effet induit de « pas d’ennemi »

Passez de Process Communication® à Process-Relationnel®

Après cette expérience le client peut commencer à voir les personnes de son entourage sous un autre angle. Celles-ci deviennent autant de membres potentiels de « son » réseau. Réseau ça veut dire : relation agréable, coopération, ressources, source d’énergie, de plaisir et d’opportunité de chance… Un programme bien sympathique, non ?

 

Christian Becquereau

Assisté de Sylvie Nélaton

5
0
Percer les secrets du relationnel

Le relationnel et ses mystères

Qui n’a jamais observé qu’indépendamment de sa volonté, il accordait un relationnel différent selon son interlocuteur. C’est comme si un pilote automatique en nous décidait quel personnage jouer, sans même nous demander notre avis. C’est le mystère du relationnel.

  • Presque tous les parents agissent différemment selon leurs enfants. Certains enfants en sont heureux, d’autres en souffrent.
  • Avec certains amis, nous refaisons le monde, avec d’autres tout est prétexte à plaisanter, avec d’autres encore nous sommes simplement bien, sans avoir besoin de l’exprimer, etc.

Dans chacune de ces situations, nous sommes la même personne et en même temps nous ne sommes pas la même… Et nous ne savons pas pourquoi. Pour une 1ère rencontre nous ne savons pas dans quelle personnalité nous allons être. Autrement dit, vis-à-vis de nous-même nous sommes imprévisibles. Ça donne le vertige. En fait, dans la vie, nous avançons à l’aveuglette.

Procédons au démontage de ce mystère afin de reprendre la main sur nos relationnels. Cette compétence a tant d’impact sur notre efficacité, notre niveau de chance et notre confort de vie qu’elle peut être une priorité. Cette démarche de recherche valide le choix de PCM pour gérer son relationnel.

.

Décortiquer les secrets du relationnel

Il n’est pas nécessaire de prendre beaucoup de recul pour constater que la qualité de sa vie est conditionnée par la qualité de ses relationnels. Comme l’enjeu est le relationnel posons-nous les questions afin de décortiquer les arcanes de ce mystère :

  • Quels sont les critères du pilote automatique ?
  • Combien y a-t-il de rôles possibles ?
  • Est-ce que ne gérer que 6 rôles est sérieux pour aborder tout le relationnel ?
  • Est-ce qu’un interlocuteur privilégie un ou deux rôles ?
  • Peut-on identifier le rôle de notre interlocuteur de manière objective ?
  • Quelles techniques sûres pour identifier ce rôle ?
  • Est-il possible d’agir pour que la relation se rétablisse ?

.

Quels sont les critères du pilote automatique ?

A notre connaissance aucun modèle ne propose une explication à propos de la mécanique du pilote automatique que nous avons en nous. Nous ne savons pas le point de départ : ni pourquoi nous jouons tel rôle avec telle personne, ni pourquoi avec une même personne nous pouvons changer de rôle selon deux critères : le sujet de l’échange et l’environnement.

.

Combien y-a-t-il de Rôles possibles ? – Que dit PCM (Process Communication Model) ?

Nous pourrions répondre qu’il existe une infinité de rôles, c’est vrai mais cela ne nous fait pas avancer. Les recherches de Taibi Kahler, créateur de Process Communication Model (PCM), l’ont amené à conclure que nous avons 6 types de personnalité différents en chacun de nous. Ces personnalités présentées sous forme d’un immeuble sont pour chacun dans un ordre différent. Cela représente 720 combinaisons possibles (6 × 5 × 4 × 3 × 2 × 1 = 720). Étant donné que, dans chacune des Personnalités, la personne dispose de plus ou moins d’énergie[1], le nombre des profils possibles est infini. PCM est ainsi compatible avec la complexité des sciences humaines.

La prouesse, c’est que malgré la prise en compte d’un nombre infini de possibilités, le modèle est praticable sans être psychothérapeute. Le praticien n’a que six Personnalités à connaître.

.

Est-ce qu’un interlocuteur privilégie certaines Personnalités ? Que dit PCM ?

Taibi Kahler représente nos Personnalités, empilées comme pour faire un immeuble. Celle du bas, est nommée base. C’est un peu la signature comportementale de toute notre vie. Dans un 2ème temps, il a découvert qu’une autre Personnalité pouvait être une phase. Cette Personnalité-phase détermine nos motivations. A différentes époques de notre vie, nous pouvons être dans une phase différente et avoir des motivations différentes.

A ce stade, il ne faut pas confondre les 2 usages du modèle PCM. Un des usages est du ressort du développement personnel, mieux se connaître. Et l’autre usage, c’est d’établir le meilleur relationnel avec ses interlocuteurs que ce soit dans la vie privée, professionnelle ou sociale. L’objet de cet article et toute notre R&D est orientée sur le relationnel avec l’autre.

A la question « est-ce qu’une personne privilégie une ou deux Personnalités dans ses échanges ? Nos statistiques répondent « non ». Selon notre interlocuteur nous présentons l’une de nos 6 personnalités. Nous pourrions croire que la base ou la phase ont la faveur d’être utilisées, ce n’est pas le cas. Ce côté aléatoire et cette liberté sont d’excellentes nouvelles car si ce n’était pas le cas, cela reviendrait à mettre nos interlocuteurs dans des cases. Ce serait s’éloigner de la complexité relationnelle et décrédibiliserait PCM.

.

Peut-on reconnaître la Personnalité que nous présente notre interlocuteur ?

Dans l’usage de PCM avec un interlocuteur, si nous voulons agir sur le relationnel, il n’y a pas le choix. Il faut disposer d’une mécanique d’identification. C’est peut-être le point faible des travaux de Taibi Kahler. Dans notre R&D de 25 ans et plus, ce fut notre point focal de recherche. Aujourd’hui, nous avons une technique en 3 questions pour identifier à coup sûr la personnalité de l’interlocuteur. C’est le fruit de nos recherches, regroupées sous le label « Process-Relationnel® ».

.

Est-il possible d’agir pour que la relation se rétablisse ? Que dit PCM ?

C’est le point fort de PCM. Une fois la Personnalité que nous présente notre interlocuteur est identifiée, presque toujours une seule phrase PCM suffit à rétablir le relationnel. Cette phrase est constituée de 3 composantes PCM propres à la Personnalité de l’interlocuteur.

.

Vivre à la merci de l’imprévu relationnel

Avec certaines personnes ça fonctionne bien, avec d’autres ça ne le fait pas. A certains moments surgissent des tensions, ou des conflits, sans même qu’on comprenne pourquoi.  Ce n’est pas sans conséquence tant en termes de vécu que d’efficacité. Pourquoi continuer à vivre à la merci de ces situations qui peuvent arriver à tout moment.

.

Reprendre la main de nos relationnels avec Process Com

Le but des questions posées dans cet article est de décomposer le mystère des relationnels en ciblant là où il est possible de reprendre la main. A part la 1ère question « quels sont les critères du pilote automatique ? » pour laquelle personne n’a de réponse, PCM éclaire tous les autres secrets du mystère relationnel. Sans la connaissance de PCM nous resterions ballotés, impuissants face aux problèmes relationnels. A ces révélations PCM apporte des techniques qui en font un outil pour gérer nos relationnels et faire de notre vie, une vie plus heureuse.

.

Christian Becquereau

Assisté de Sylvie Nélaton

[1] Le questionnaire mis au point par Taibi Kahler lors de sa collaboration avec la Nasa détermine le pourcentage d’énergie de chacune des six personnalités d’une personne.

3
0
Quel scénario PCM® jouez-vous ?

Quel est votre scénario d’échec PCM ?

Chez certains tennismen, le jeu se dérègle quand ils arrivent à la balle de match. Une « peur de gagner » s’empare d’eux. Ils commencent à jouer « petit bras ». Ils finissent par perdre alors qu’ils auraient dû gagner. Le pire c’est que ce problème se reproduirait toute leur vie s’ils ne le corrigeaient pas. C’est pourquoi ces comportements d’échec sont nommés scénarios de vie.

Process Com propose 6 scénarios. Nous avons tous au moins un de ces comportements. Ils nous paraissent normaux, au point de croire, à tort, qu’ils font partie de notre personnalité ; hé non ! Ces scénarios nous mènent à l’échec. Il faut se défaire de ces handicaps. Cet article dit comment repérer son scénario et comment s’en débarrasser ; et cela est possible sans avoir besoin de connaître Process Communication Model. Les préconisations sont le fruit de notre pratique de PCM en coaching depuis plus de 25 ans.

.

L’outil PCM pour tout un chacun

Les 6 scénarios de PCM ne représentent pas la totalité des scénarios existants mais plutôt les 20% qui polluent 80% de notre vie. Cette Loi 80/20 de Pareto est donc une manière efficace de traiter ces travers.

On pourrait croire qu’un scénario est un comportement à gérer avec un psy… ce n’est pas nécessaire. Le génie de PCM et de son créateur, c’est d’avoir structuré des comportements observables et d’y avoir associé des outils praticables par tout un chacun.

.

Repérer son scénario de vie

Afin de repérer facilement votre scénario, nous vous représentons une phrase qui illustre chaque scénario. Si en lisant l’une d’entre elles, vous vous dites « ah là, c’est probablement moi ». C’est bon. Occupez-vous de ce scénario.

Au début, il est possible que ce soit moins facile pour vous. Il vous sera plus facile de repérer les scénarios des autres. C’est très bien. Les repérer chez les autres est un excellent mode d’apprentissage.

.

Si vous avez des doutes

Si vous ne vous reconnaissez pas vraiment dans un de ces scénarios, ça ne veut pas dire que vous n’en avez pas. Vous avez juste besoin de vous familiariser avec le sujet. Dans ce cas faites appel à un proche qui vous connait bien, Faites-lui lire l’article et demandez-lui son diagnostic.

Si vous vous reconnaissez dans un scénario mais que cela ne vous semble pas grave, c’est une attitude défendable. Par sécurité, repérez-le chaque fois qu’il s’actionne. Vous saurez si vous devez agir ou pas.

.

Repérez le scénario de vie PCM et s’en débarrasser

Scénario « Après »

Le repérer

Voici un dialogue caractéristique : Question : Comment va ton business ?

Scénario « après » : « Pour l’instant, je suis en ligne, mais le deuxième semestre risque d’être moins bon ! ».

Cette structure : ça va … mais … !!! peut concerner un sujet important ou celui de la météo.

C’est le scénario d’échec « après ».

S’en débarrasser pour éviter l’échec

Prévoyez un plan d’actions pour que la situation ne se dégrade pas ou préparez le plan d’actions pour que les conséquences soient minimisées.

.

Scénario « Jusqu’à ce que… » ou « tant que… »

Le repérer

Ce scénario a deux modes d’échec possibles :

  1. Tant que je n’ai pas tous les éléments, je ne commence pas la tâche.
  2. Tant que je n’aurai pas perçu la finalité de ce qui est à mener, je ne l’entreprends pas.

Ces scénarios retardent la mise en action des personnes qui ont l’un de ces scénarios. Cela les rend moins performants.

Ce sont les scénarios d’échec « jusqu’à ce que… » ou « tant que… ».

S’en débarrasser pour éviter l’échec

Se demander : « Qu’est-ce que je ferais si ça rate ? » ou « Comment vais-je agir si ça ne marchait pas tout à fait ?», « Quels bénéfices je retire de m’engager maintenant ? ».

.

Scénario « Jamais »

Le repérer

C’est le scénario d’une personne qui vit avec la croyance « je         n’obtiendrai jamais ce que je désire le plus ».

Phrase caractéristique de ce scénario : « Je ne m’en sortirai jamais ».

C’est le scénario d’échec « jamais ».

S’en débarrasser pour éviter l’échec

Se faire aider pour réorganiser ses priorités

Négocier un délai de réalisation

Ecrire ses objectifs et les relire régulièrement

.

Scénario « Toujours »

Le repérer

C’est le scénario d’une personne qui ne veut rien perdre des avantages des différents choix qui s’offrent à elle. C’est pourquoi elle tarde à se décider.

Phrase caractéristique de ce scénario « Si je choisis telle solution, je perds tel avantage de l’autre option ; par contre, si je choisis la 2ème option, je perds l’avantage de la première ! »

C’est le scénario d’échec « Toujours ».

S’en débarrasser pour éviter l’échec

En fonction de votre aspiration, procédez au choix en fonction de l’un des 2 critères suivants :

  • Soit l’option où il y a une opportunité à saisir
  • Soit l’option où l’ambiance va être la plus tonifiante

.

Scénario « Presque I »

Le repérer

C’est le scénario d’une personne qui repère qu’elle manque à peu de chose près une opportunité.

Phrase caractéristique de ce scénario : « Juste au moment où j’allais être nommé chef… Si seulement la place avait été libre avant… ».

C’est le scénario d’échec « Presque I ».

S’en débarrasser pour éviter l’échec

  • Inviter quelqu’un de votre entourage pour vous accompagner à chaque fin de parcours d’une action
  • Faire la fête avec votre équipe

.

Scénario « Presque II »

Le repérer

Ce scénario de vie se présente de la manière suivante : la personne réussit ses performances, mais simultanément quelque chose ne va pas. Exemple : « Oui, j’ai réussi à faire ce que j’avais prévu, mais je n’ai pas entamé un rangement qui me tient à coeur. »

C’est le scénario d’échec « presque II ».

S’en débarrasser pour éviter l’échec

  • Célébrer la réussite (faire la fête).

.

Alléger sa vie

Il faut alléger sa vie des scénarios d’échec. Ils sont autant de fardeaux qui nous prennent gentiment la main pour nous tirer vers le bas. Nous les reproduisons sans cesse, ce qui fait de leur éradication une priorité. Eventuellement faites-vous accompagner par un coach ou un formateur certifié PCM ça vaut la peine.

Tant que nous laissons nos scénarios de vie en place, ils font que notre vie n’est pas celle que nous pourrions avoir. Pour finir avec le tennis, comme a commencé cet article : faites en sorte que l’arbitre dise « avantage à votre destin ».

.

Christian Becquereau,

assisté de Sylvie Nélaton

4
1