Le Blog Le Blog

Tag: scénario
Scénario d’échec et PCM !

Reprenez le pouvoir sur le scénario d’échec qui vous tire vers le bas

.

Nos comportements étonnants !

Process Com une grille libératrice

Quand nous approfondissons Process Com, à notre grand étonnement nous découvrons qu’à chacune de nos six Personnalités sont associés des travers psychologiques spécifiques comme si nous étions programmés. Nous pourrions les croire issus de notre enfance ou imaginer que c’est une fêlure psychologique et culpabiliser. Il n’en est rien.

Tant que nous n’en sommes pas conscients ces programmes font leur œuvre et nous agissons à nos dépends ce qui est un comble. Mais PCM® apporte une grille de lecture libératrice.

.

Les scénarios de vie de Taibi Kahler

On pourrait les croire du domaine de la psychanalyse

L’un de ces programmes psychologiques est nommé « scénario de vie ». Le Dr Taibi Kahler était ô combien crédible pour qualifier ces « programmes » et les attribuer à chaque Personnalité PCM. Sans ce travail d’attribution nous pourrions en conclure que pour s’en débarrasser ce serait du ressort d’une longue psychanalyse. Pas du tout.

A la découverte de leur description, nous reconnaissons ceux qui nous concernent. Une fois leur existence découverte, nous sommes en capacité de voir leur influence. Leur observation crée la prise de distance nécessaire pour être capable d’agir ou de décider librement sans subir cette influence. Ces programmes sont enfin démasqués !

 

Notre image en prend un sacré coup !

Laissez libre cours à ce programme entame notre niveau de confiance en soi

Nos agissements, influencés par ces programmes, donnent de nous une image dégradée de qui nous sommes. Ce serait juste de s’en débarrasser car ce sont des scories qui nous handicapent dans la vie. C’est d’autant plus intéressant de s’alléger de ces programmes que nos actions liées à leur existence donnent une piètre image de nous.

Etant donné que Process Communication Model (PCM) attribue ces programmes à chaque Personnalité nous pouvons les considérer comme normaux sauf que nous avons intérêt à les déposer sur le bord de la route de notre vie.

Nous allons voir qu’il n’est pas très compliqué de réduire leur influence, voire de les neutraliser.

.

Les « scénarios de vie »

L’air de rien ces petits scénarios nous tirent vers l’échec

Voyons les différents « scénarios de vie ». A leur lecture, il est probable que vous vous disiez « ça n’est pas très grave, en tous cas, sans grandes conséquences ». C’est juste, sauf que ce scénario se reproduit à chaque occasion. Et l’accumulation de ces comportements « pas graves » nous tirent irrémédiablement vers le bas. C’est en ceci que les scénarios de vie sont des scénarios d’échec. Les voici :

Le scénario « Tant que » se manifeste de 2 manières :

  • La personne ayant ce scénario n’entame pas une l’action « tant que » elle n’a pas réuni tout ce qui lui sera nécessaire pour mener à bien l’opération.
  • La personne ayant ce scénario n’entreprendra pas un projet « tant que » elle n’aura pas les tenants et les aboutissants de cette mission.

Ce scénario donne l’illusion à l’intéressé d’être professionnel. Ce sentiment consolide le scénario de vie, alors que la mise en œuvre tarde et que d’autres vont plus vite. Apprendre à entreprendre sans tout maîtriser donnera de lui une image plus positive. Rien ne lui empêche d’énoncer alors des précautions oratoires sur sa prise de risques. Faute de quoi, l’image qui peut lui être associée est celle d’un manque d’audace.

Le scénario « Jamais » La personne ayant ce scénario a la perception qu’elle n’y arrivera jamais.

Ce scénario se vit de l’intérieur. Il n’est pas exprimé et donc personne de l’environnement ne va apporter la contradiction. La Personnalité confrontée à ce scénario de vie a du mal à demander assistance ce qui ne va pas l’aider. En restant dans ce schéma elle n’a plus qu’à se débrouiller seule et donc à conforter ce scénario de ne jamais y arriver.

Le scénario « Toujours » Lors d’un choix à faire, la personne veut garder les avantages de chacune des options qui se présentent à elle.

« Ça en jette quand je dis que j’habite Paris XIIème mais je n’ai que 43 m². Alors qu’au Kremlin-Bicêtre, à une station de métro de Paris, j’ai le double de surface pour le même prix ». Conscient de ce scénario de vie, la décision de déménager deux ans plus tôt aurait été évidente.

Le scénario « Presque I » La personne rate des opportunités à peu de chose près.

Une fois presque arrivé à la fin de la ligne droite soit par une baisse de concentration, soit pour une autre raison, à peu de chose près, le succès est loupé ou incomplet.

Le scénario « Presque II » La personne réussit ses performances, mais simultanément il y a toujours quelque chose qui ne va pas.

« Bien sûr j’ai eu la signature de ce contrat (le plus gros depuis 5 ans) mais je suis déçu car je pensais aussi signer la maintenance ».

Qualifier son scénario de vie

Si à cette première lecture, il n’est pas évident de qualifier celui des scénarios de vie qui vous concerne, sollicitez votre entourage, tant privé que professionnel. Ayez-en le cœur net. C’est la première opération à faire : débusquer votre scénario de vie.

Cependant en scrutant sa vie, l’intéressé est le plus à même de repérer les évènements qu’il a vécu comme des échecs et ainsi d’identifier à quel scénario se rattachent ces évènements.

.

L’incidence du scénario dans tout une vie

L’incidence du scénario de vie dans tous les domaines

A notre insu, imperceptiblement le scénario pollue notre vie, dégrade la portée de nos actions, détériore l’image que les autres ont de nous, pire, il entame l’image que nous avons de nous-même. Comment accepter cette érosion sur tant de domaines ?

Si vous vous reconnaissez dans un des scénarios ou même deux, ce n’est pas grave. Mais cela vaut la peine de s’en occuper faute de quoi ce scénario se reproduit toute la vie. C’est en cela qu’un scénario nous tire insensiblement vers le bas.

Comment s’y prendre ? Bonne nouvelle, c’est loin d’être mission impossible. Il faut juste être un peu discipliné.

.

1ère étape pour se libérer de son scénario de vie

Reprendre le pouvoir sur son scénario de vie

Ce serait une erreur d’ambitionner d’éradiquer le scénario de vie d’emblée. Au fil des années, le scénario s’est installé dans notre manière d’agir. Il fait temporairement partie de nous. Dans un 1er temps il s’agit de limiter les dégâts en le repérant. Cette étape est suffisante pour que son influence soit neutralisée. Si après quelques temps, vous souhaitez mener des actions spécifiques, vous en trouverez dans notre 1er livre « Process Com pour les managers ». Le repérage de votre scénario de vie sera votre première victoire sur lui.

Comme nous l’avons vu ci-dessus la 1ère étape à entreprendre, c’est d’identifier lequel de ces scénarios vous reproduisez régulièrement. Ensuite c’est repérer chaque fois qu’il se déclenche. C’est là où vous devez être discipliné, tenace même. L’action de ce scénario de vie ne doit plus vous échapper. Fixez-vous comme objectif de ne louper aucune fois où il se met en œuvre. Ensuite vous verrez que vous n’aurez aucune difficulté à neutraliser ses effets nocifs.

Voici comment Christophe Dacier décrit cette démarche de libération dans son livre « Et si vous choisissiez votre réincarnation » : « Prendre conscience de nos conditionnements, c’est déjà prendre le pouvoir dessus et se donner le choix ». C’est ce que nous vous incitons à entreprendre « prendre le pouvoir sur vos scénarios de vie » et ainsi rendre votre vie plus facile.

Christian Becquereau
Assisté de Sylvie Nélaton

3
0
Faire grandir ses collaborateurs avec ou sans PCM®

« Faire grandir ses collaborateurs ». Cette formule en impose, non ? Il faut quelquefois regarder à 2 fois ces formules qui voguent sur les modes et nous filent des complexes. Ce sujet mérite d’être creusé avec l’arrivée de la génération Milléniale. Qui y a-t-il derrière cette belle promesse ? Comment savoir sur quoi faire grandir tel collaborateur ? Quelles actions mener ? Même si vous ne connaissez pas PCM (Process Communication Model), avec cette grille de lecture, cet article a pour objet de savoir comment faire grandir ses collaborateurs.

 

La générosité, l’ennemi ?

Depuis 1998, nous avons reçu en formation plus de 4000 managers. Il est remarquable de constater que la majorité d’entre eux est de nature généreuse. Ils veulent donner à leurs collaborateurs, leur apprendre, leur transmettre. Tout cela est très bien sauf que comme Sylvie et moi, nous le démontrons dans notre 3e livre[1], les qualités poussées un peu trop ont des effets pervers. Le dicton populaire l’indique « le mieux est l’ennemi du bien ».

L’une des grandes tentations du manager est de montrer comment faire. Il se substitue à son collaborateur pensant lui rendre service, alors que le collaborateur aura la sensation de ne pas avoir grandi. Le manager a cru bien faire et n’imagine pas le vécu de ses collaborateurs. Quiproquo classique. Que faire ? Une solution : Être champion en délégation.

 

Faire grandir ses collaborateurs

Bien sûr, il y a maintes manières de faire grandir ses collaborateurs. L’une d’entre elles est de leur transférer le métier ou de les rendre de plus en plus autonome dans le job. C’est aussi de leur apprendre à être plus fort dans l’adversité, etc. Chacun ira de sa réponse. Mais au quotidien, cela se traduit par quels actes ? Nous allons voir l’une des voies possibles que pointe Process Com.

 

Sans connaître PCM

PCM démontre, de manière évidente que chaque personne dispose en elle de 6 personnalités plus ou moins actives. Chacune de ces personnalités a sa manière d’entrer en stress. PCM propose les antidotes spécifiques pour baisser le stress d’un interlocuteur instantanément et établir le meilleur relationnel qui soit.

D’autre part PCM attribue à chaque personnalité un scénario qu’elle reproduit de manière inconsciente. Quand on découvre son propre scénario, on se dit : « ah, oui, c’est vrai que j’ai vécu ce scénario un certain nombre de fois ». A chaque fois, cela aboutissait à une perte de performance quand il ne s’agissait pas d’un échec. Sitôt que nous en sommes conscients, nous les repérons et nous prenons les dispositions pour éviter leurs effets négatifs.

 

Six scénarios de vie

Les personnalités se partagent 4 scénarios. Voici leurs attributions.

 

Personnalité PCM Scénario de vie Ça veut dire…
Persévérant Tant que Tant que je n’aurai pas la vision complète je ne passe pas à l’action
Analyseur Tant que Tant que je n’aurai pas les outils je ne passe pas à l’action
Empathique Après Pour l’instant ça marche plutôt bien mais après… il n’y a rien de sûr
Imagineur Jamais Je n’y arriverai jamais
Promoteur Toujours Dans ce choix à faire, je veux garder les avantages des deux options
Énergiseur Toujours Dans ce choix à faire, je veux garder les avantages des deux options

 

Identifier le scénario de vie

Vous avez 2 moyens d’identifier le scénario de vie d’un proche. Soit vous connaissez PCM et vous savez quelle personnalité votre interlocuteur vous présente, et donc le scénario d’échec auquel il est confronté, soit vous ne connaissez pas PCM et vous allez repérer directement le scénario d’échec. Ce sera indiqué ci-dessous pour chaque personnalité.

 

Persévérant

« Tant que… je n’aurai pas la vision complète, je ne passe pas à l’action ». C’est un objet de procrastination. Le défi de cette personnalité, c’est « d’apprendre en marchant », comme on dit.

Les 2 premières choses à faire : 1/ lui donner le droit à l’erreur et 2/ nommer ce scénario qui retarde la performance. Il est possible de lui dire que cela ressemble à un scénario d’échec, se elle a l’impression qu’elle a déjà été confronté à ce frein.

Le signal pour repérer le scénario, c’est cette forme de procrastination.

 

Analyseur

« Tant que… je ne dispose pas de tous les outils, je ne passe pas à l’action ». Le défi de cette personnalité, c’est d’accepter de ne pas faire du parfait.

Les 2 premières choses à faire 1/ lui donner l’autorisation de ne pas faire du parfait, en lui rappelant des prouesses qu’elle a déjà réalisées dans le passé alors qu’elles ne lui semblaient pas parfaites, et 2/ nommer ce scénario qui retarde la performance. Lui dire que cela ressemble à un scénario d’échec, si elle a l’impression qu’elle a déjà été confrontée à ce frein.

Le signal pour repérer le scénario, c’est cette forme de procrastination.

 

Empathique

« Après… il est probable que ce ne soit pas aussi bien ».

Les 2 premières choses à faire 1/ parier que l’avenir sera meilleur que ce qu’elle préannonce (d’un ton enjoué). 2/ chaque fois que l’avenir a été mieux (dans la plupart des cas), c’est l’occasion de lui dire que son pronostic pessimiste la dessert.

Le signal pour repérer le scénario, c’est sa structure de phrase « mes résultats sont bons mais dans le 2e semestre, ce sera moins évident. ».

 

Imagineur

« Jamais… je n’y arriverai ».

Les 2 premières actions à mener 1/ lui dire dans le détail ce qu’elle a à faire et valider auprès de qui elle a  prévu de demander de l’aide au cas où… 2/ Valider qu’elle a demandé de l’aide et souligner qu’elle n’est pas seule.

Ce scénario « jamais » peut engendrer une distance de la part de son entourage.

Le signal pour repérer cette personnalité : elle semble se complaire dans la solitude et peut prendre l’air absent même en plein milieu d’un groupe.

 

Promoteur

« Toujours…je veux garder les avantages des différents choix que j’ai à faire ».

L’action à mener 1/ lui dire que c’est non négociable en utilisant son prénom, avec un grand sourire et un ton amical.

Le scénario « toujours » qui se traduit par je veux tout, peut amener les autres peuvent à prendre de la distance.

Le signal pour repérer cette personnalité : elle négocie en permanence pour obtenir toujours plus.

 

Énergiseur

« Toujours… ce serait sympa de garder les avantages des différents choix que j’ai à faire ».

Les 2 premières actions à mener 1/ lui proposer, d’une manière enjouée, de jouer à pile ou face. 2/ lui dire que c’est drôle sa manière de ne pas savoir choisir. Ça ressemble à un scénario qui peut desservir son image auprès de son entourage.

 

Le livre « Process Com pour les managers »

Dans les six cas, il peut être intéressant de leur donner accès à ce 1er livre où je traite d’une autre manière les scénarios de vie. A l’interlocuteur de déterminer s’il se reconnait dans le scénario d’échec évoqué.

 

Grandir vraiment

Contribuer à ce qu’une personne conscientise et se débarrasse d’un scénario qui la dessert et qu’elle aurait répété toute sa vie, est une action pour la faire grandir. Ensuite, c’est à cette personne de se prendre en charge. En tout état de cause vous lui aurez donné la possibilité de grandir.

Christian Becquereau

[1] « Lâchez les comportements qui vous jouent des tours » (Process Communication en développement personnel)

4
0