Le Blog Le Blog

Tag: scénario de vie
Besoin d’être accompagné ?

Comment faire ? Quoi choisir ? PCM ?

Être accompagné

Trois modes

La vie nous confronte à des situations difficiles à traverser seul. Il peut être pertinent d’être accompagné. C’est autant nécessaire dans l’environnement professionnel que privé. Les deux grandes options classiques consistent à se faire accompagner par un coach ou par un thérapeute.

Pour faire simple, avoir recours à un accompagnement est déclenché :

  • Soit par un besoin de faire un saut dans sa vie
  • Soit pour se libérer d’un dysfonctionnement que l’on a repéré en soi

Il y a un 3ème accompagnement à prendre en considération : le coach-PCM. Faisons l’inventaire de ces 3 options pour éclairer son choix.

Accompagné par un coach

Choisir un coach

Le coach est sollicité quand une personne bloque face à une situation qu’elle souhaite traverser dans les meilleures conditions ou qu’elle a un projet conséquent à mener ou un objectif à atteindre sans être sûre d’en avoir tous les moyens pour réussir.

Le coach va inviter son client à élargir son regard puis il apportera le sien. Le client et son coach vont recenser les ressources pour gérer la situation. Souvent certaines options étaient ignorées du client ou sous-estimées. Les deux vont aussi qualifier les obstacles possibles et trouver les parades. Ils vont bâtir un plan d’actions et l’ajuster jusqu’à ce que le coaché s’estime en capacité à le faire.

Accompagné par un psy.

Choisir un psy.

Le thérapeute est plutôt sollicité quand il s’agit d’un problème récurrent que son client (patient) a repéré dans sa vie et qui le met dans l’inconfort ou en échec. Le plus souvent le client vit un sentiment de culpabilité car il devine qu’il est pour quelque chose dans ce qui lui arrive…

Le psy va visiter le passé de son client, l’enfance particulièrement, et repérer les conditionnements qui se sont construits et se traduisent par des limites auxquelles est confronté son patient.

Les limites du coaching classique

Pour un coaching la situation est cadrée. Un contrat fixe dès le départ les objectifs, un délai et des résultats attendus, les plus mesurables possibles. Au bout de 5 ou 7 séances, le contrat est rempli ou pas. Si le contrat n’est pas rempli, c’est presque toujours la responsabilité du coach car c’est lui le professionnel. Son défi, c’est d’aider son client à trouver un plan d’actions sans connaître tous les mécanismes comportementaux de son client.

Les limites de l’accompagnement par un psy

En thérapie, le symptôme comportemental est le plus souvent bien défini au départ.

La compétence du thérapeute est large dans son domaine mais il cherche à découvrir l’évènement d’origine qui a conditionné son patient. Cette investigation requiert du temps. L’accompagnement peut s’étaler sur des années. Le patient peut ressentir une urgence incompatible avec le suivi proposé.

Le patient n’a pas de garantie de résultat.

3ème accompagnement : le coach-PCM

Choisir un coach-PCM

Le coach PCM est au départ coach à la même enseigne que les autres coachs. En plus il est certifié PCM, un modèle qui attribue un potentiel de 6 personnalités à chacun de nous. Dès la 1ère séance le coach identifie laquelle de ces six Personnalités est active dans la situation à traiter. Grâce à cette seule qualification le coach dispose du comportement de son client, de ses atouts, de ses freins, de ses manières d’entrer en stress, de ce qui le motive ou le démotive… dans la situation à traiter.

Après moins d’une demi-heure, grâce à PCM, le coach dispose des mécanismes de réussite, d’échecs, des atouts, des fragilités de son client – il le connaît déjà presque mieux que son client ne se connaît lui-même. Il est d’autant plus vite au cœur du sujet avec son client qu’il gagne en temps d’investigation. Le client ne peut qu’accorder davantage sa confiance à quelqu’un qui le comprend aussi vite et qui saura lui donner les clés pour compenser ses fragilités.

Et le conditionnement de l’enfance ?

Peut-on faire l’impasse d’investiguer l’enfance ?

Est-ce que la connaissance de PCM du coach est suffisante pour traiter tous les sujets ? « Oui ».

Quand il est fait appel à un accompagnement c’est qu’un évènement s’est mis sur le chemin du client. C’est cet obstacle ou ce défi qu’il faut dépasser. Le coach et son client vont élaborer un plan d’actions qui bouscule le conditionnement (éventuellement construit dans l’enfance). Cette nouvelle expérimentation que va faire le client dans sa vie de tous les jours, va s’inscrire sur son « disque dur » et ouvrir à des comportements nouveaux, d’autres manières de voir le monde.

Dans la phase finale de la séance, le coach s’assure que son client sera à l’aise pour mener le plan d’actions qui, par définition, est différent des options qu’il mettait en place jusqu’à présent. Dans la séance suivante, le coach fera raconter à son client son vécu, le vécu de ses interlocuteurs. Cela dans le but que cette nouvelle programmation s’inscrive dans sa dimension émotionnelle et remplace le conditionnement limitant, objet de la demande d’accompagnement.

Si le sujet est de nature psychologique récurrent, cela se révèle très vite. S’il s’agit de répondre à un traumatisme brusque (agression) la « thérapie brève » peut être une excellente réponse. Faire appel à un psy sera judicieux. C’est une ressource à prendre en compte.

Est-ce que le coach dispose de tout ce dont il a besoin ?

« Oui » il est sage de ne traiter que les limites révélées par les situations auxquelles on a à faire face. Le coach-PCM dispose d’atouts qu’il maîtrise comme le scénario de vie et la Question Existentielle de la Personnalité PCM concernée.

Le modèle PCM n’a pas besoin de prendre en compte la totalité des conditionnements du client. La modélisation qu’a produit le Dr Taibi Kahler s’inscrit dans le principe 80/20. Le Process Communication Model propose 20% des conditionnement existants. Ils couvrent 80% ou plus des croyances limitantes. C’est une démarche d’efficacité.

Le coach-PCM

Spécificité du coach-PCM

Sa compétence PCM complète sa compétence de coach. PCM apporte une grille de lecture du potentiel et des limites de la Personnalité que présente son client face à la situation objet du coaching.

Cela lui donne un avantage de vitesse et une plus grande disponibilité pour écouter, découvrir et qualifier les solutions possibles avec son client.

Epilogue

Le client n’a pas besoin de connaître PCM pour bénéficier d’un coaching-PCM. S’il connaît le modèle, il pourra mieux se connaître.

Bénéficier d’un coach-PCM est un atout de réussite dans un délai court.
Le psychothérapeute reste une ressource pour traiter des sujets plus intimes qui ne seraient pas du domaine de compétence du coach.

Certains psychothérapeutes sont formés à PCM. N’oublions pas que le créateur du modèle, le Dr Taibi Kahler, est psychothérapeute .

Christian Becquereau
Assisté de Sylvie Nélaton

3
0
PCM® et la loi de Pareto

Pratiquer Process Com avec 20% du modèle

A la fin du 19e siècle Vilfredo Pareto effectue des études sociologiques. Il découvre que dans tous les pays qu’il étudie, il retrouve la même répartition : 80 % des richesses sont la propriété de 20% de la population. A partir de ses travaux, d’autres chercheurs comme George K Zipf et Joseph Moses Juran vont découvrir et démontrer que cette « Loi » de Pareto s’applique à tous les domaines, 20% des efforts produisent 80% des résultats obtenus.

Depuis 1997, notre R&D a pour objet de développer des techniques pour mettre en pratique Process Com plus facilement et avec plus d’efficacité.  La loi de Pareto nous a incité à poser un regard nouveau sur notre pédagogie pour transférer la pratique de Process Communication Model. Et si nous n’avions besoin que de 20% du Modèle pour obtenir 80% des résultats ?

.

De la communication au relationnel

De 80/20 à Process-Relationnel®

Depuis début 2000 nos travaux ont eu pour but de dépasser la communication qui comme son nom l’indique est l’objectif de Process Communication Model. Avec ce modèle nous avons décidé de viser le relationnel. Il s’agissait pour le praticien d’acquérir ou de développer son relationnel, cet extraordinaire atout qui change une vie. Il suffit d’observer ceux qui ont un relationnel d’exception pour constater que c’est un atout tant de réussite que de bien être dans la vie. Offrir cet atout à chacun motive notre démarche de R&D depuis le début.

Passer de la communication au relationnel exige de disposer d’outils utilisables en plein échange avec nos interlocuteurs. C’est là où la démarche 80/20 prend tout son intérêt.

.

La richesse de Process Communication Model®

PCM un modèle très complet

Avec générosité, Taibi Kahler a mis dans son modèle toutes ses découvertes : ses modélisations de l’Analyse Transactionnelle, les travaux de Paul Ware, ses observations cliniques, ce qui a trait au scénario de vie, etc. C’est très bien pour les psy. Mais pour le praticien de tous les jours, c’est trop. L’apprenti finit par imaginer à tort que Process Com est complexe. Dans ce dédale d’éléments, aussi pertinents soient-ils, le participant se croit obligé d’utiliser au moins 80% des éléments du Modèle et pourtant il n’obtiendra que 20% de résultats.

Le côté « Mécano » de PCM donne du confort en termes d’apprentissage sur la partie découverte de soi-même. Quand il s’agit de passer de la communication au relationnel, le point de passage qu’il ne faut pas louper, c’est d’identifier celle des 6 personnalités que nous présente notre interlocuteur… et là, le côté Mécano se perd. Or, l’identification est le point incontournable pour réussir en relationnel. Le praticien a besoin de ce côté Mécano pour visez le « zéro erreur » dans l’identification de la Personnalité PCM qui nous gêne chez notre interlocuteur.

Si les erreurs sont au rdv, le découragement vient vite. Pour garder le bénéfice de la pratique toute sa vie il faut obtenir des résultats flagrants dès les premiers essais. C’est là où il faut cibler les 20% nécessaires à la réussite de la mise en pratique de Process Com.

.

Les 20% de PCM

Ce qui est nécessaire pour le relationnel

La puissance de PCM est atteinte lorsqu’on est capable, lors d’un échange de baisser le stress de notre interlocuteur et de rétablir le relationnel. Pour réussir cette opération unique il ne faut maîtriser que 2 choses : identifier celle des 6 personnalités qui nous gêne chez l’autre et savoir construire une phrase PCM capable d’agir sur le stress de l’autre.

La construction d’une phrase qui peut baisser le stress est composée de la satisfaction du besoin psychologique, de la perception du monde et du canal de communication. C’est tout. Par exemple « Est-ce que j’ai bien compris ton point de vue si je dis que… bla bla ? ». Cette phrase satisfait le besoin psychologique de la reconnaissance de l’opinion ; cette phrase utilise le canal interrogatif « est-ce que » et elle est dans la perception du monde des opinions. Elle a toutes les chances de baisser le stress de l’interlocuteur. (ici Persévérant)

.

Identification de la Personnalité PCM

Le zéro erreur dans l’identification est atteignable

Pour cibler celle des 6 Personnalités qui nous gêne, nous disposons des positions de vie au 2ème et 1er degré de stress. Nous avons cherché des outils complémentaires qui soient dans la logique Mécano du modèle PCM. Nos travaux ont développé deux outils :

  • La dichotomie des 6 personnalités avec une seule question « est-ce que l’interlocuteur Cherche à Entrer en Relation (CER) ou Entre en Relation essentiellement Quand (ERQ) ? La réponse CER qualifie les Personnalité Persévérant, Analyseur, Empathique. La réponse ERQ qualifie les Personnalités Imagineur, Promoteur et Énergiseur.
  • L’usage des Portes de communication, celle de la pensée, celle de l’émotion et celle de l’action.

L’outil CER/ERQ évite les confusions d’identification.

L’utilisation de ces 2 outils et des positions de vie visent le « zéro erreur d’identification », clé de la réussite.

.

Le premier essai 80/20

Notre 1er essai de la loi de Pareto

En 1997 je missionne un ami formateur certifié de faire une formation de 2 jours auprès de clients dont j’étais le coach. Le cahier des charges que je lui donne est simple retirer ce qui n’est pas utilisé dans la mise en pratique :

  • Les scénarios de vie et les questions existentielles
  • Les caractéristiques au niveau des faciès, de l’environnement de chaque Personnalité
  • Les pourcentages de répartition des différentes personnalités entre les hommes et les femmes

Je ne connaissais pas encore la Loi de Pareto. Malgré ce coup d’essai certains clients ne savaient toujours pas mettre en pratique PCM pour en tirer tous les bénéfices sur le plan du relationnel. Ce fut l’occasion pour moi d’organiser mon 1er atelier de mise en pratique.

.

Process Communication Model en développement personnel

Notre 3ème livre présente un abrégé de PCM

Notre 3ème livre « lâchez les comportements qui vous jouent des tours » est écrit pour un large public, y compris les lecteurs qui ne connaissent pas PCM. Pour ceux-ci le livre se termine par un abrégé du modèle où il est tenu compte d’une grande partie de la loi de Pareto 80/20.

.

La pédagogie PCM

Ceux qui savent pratiquer, pratiquent toute leur vie

La construction d’une formation PCM prenant en compte la Loi de Pareto change la donne. Le temps consacré à la mise en pratique et aux exercices, tant individuels qu’en groupes, prend une place importante à la grande satisfaction des participants qui quittent la formation en sachant pratiquer. Notre mission c’est que les participants rendent leur vie plus agréable avec un relationnel idéal dans leur vie privée, professionnelle et sociale grâce à la pratique de PCM tout au long de leur vie. Avec le 80/20 nous nous sommes rapprochés encore plus de notre mission.

.

Le principe 80/20 – historique

De 80/20 à 99/1

Richard Koch dans son best-seller « le principe 80/20 » démontre que dans certains cas, c’est du 90/10 voire du 99/1. Ça veut dire que rien n’est acquis et que notre R&D se poursuit.

Obtenir le maximum de résultat tout de suite avec le minimum d’effort dans la mise en pratique, c’est ce qui nous motive et nous guide dans nos R&D.  Aller jusqu’au bénéfice relationnel de PCM influe sur la réussite de sa vie et la rend plus agréable. Cet enjeu vaut la peine de voir comment tirer profit de ce modèle avec le minimum d’effort. N’oublions pas l’appellation de George K Zipf « la loi du moindre effort » – intelligent, non ?

Christian Becquereau

Assisté de Sylvie Nélaton

6
0
Scénario d’échec et PCM !

Reprenez le pouvoir sur le scénario d’échec qui vous tire vers le bas

.

Nos comportements étonnants !

Process Com une grille libératrice

Quand nous approfondissons Process Com, à notre grand étonnement nous découvrons qu’à chacune de nos six Personnalités sont associés des travers psychologiques spécifiques comme si nous étions programmés. Nous pourrions les croire issus de notre enfance ou imaginer que c’est une fêlure psychologique et culpabiliser. Il n’en est rien.

Tant que nous n’en sommes pas conscients ces programmes font leur œuvre et nous agissons à nos dépends ce qui est un comble. Mais PCM® apporte une grille de lecture libératrice.

.

Les scénarios de vie de Taibi Kahler

On pourrait les croire du domaine de la psychanalyse

L’un de ces programmes psychologiques est nommé « scénario de vie ». Le Dr Taibi Kahler était ô combien crédible pour qualifier ces « programmes » et les attribuer à chaque Personnalité PCM. Sans ce travail d’attribution nous pourrions en conclure que pour s’en débarrasser ce serait du ressort d’une longue psychanalyse. Pas du tout.

A la découverte de leur description, nous reconnaissons ceux qui nous concernent. Une fois leur existence découverte, nous sommes en capacité de voir leur influence. Leur observation crée la prise de distance nécessaire pour être capable d’agir ou de décider librement sans subir cette influence. Ces programmes sont enfin démasqués !

 

Notre image en prend un sacré coup !

Laissez libre cours à ce programme entame notre niveau de confiance en soi

Nos agissements, influencés par ces programmes, donnent de nous une image dégradée de qui nous sommes. Ce serait juste de s’en débarrasser car ce sont des scories qui nous handicapent dans la vie. C’est d’autant plus intéressant de s’alléger de ces programmes que nos actions liées à leur existence donnent une piètre image de nous.

Etant donné que Process Communication Model (PCM) attribue ces programmes à chaque Personnalité nous pouvons les considérer comme normaux sauf que nous avons intérêt à les déposer sur le bord de la route de notre vie.

Nous allons voir qu’il n’est pas très compliqué de réduire leur influence, voire de les neutraliser.

.

Les « scénarios de vie »

L’air de rien ces petits scénarios nous tirent vers l’échec

Voyons les différents « scénarios de vie ». A leur lecture, il est probable que vous vous disiez « ça n’est pas très grave, en tous cas, sans grandes conséquences ». C’est juste, sauf que ce scénario se reproduit à chaque occasion. Et l’accumulation de ces comportements « pas graves » nous tirent irrémédiablement vers le bas. C’est en ceci que les scénarios de vie sont des scénarios d’échec. Les voici :

Le scénario « Tant que » se manifeste de 2 manières :

  • La personne ayant ce scénario n’entame pas une l’action « tant que » elle n’a pas réuni tout ce qui lui sera nécessaire pour mener à bien l’opération.
  • La personne ayant ce scénario n’entreprendra pas un projet « tant que » elle n’aura pas les tenants et les aboutissants de cette mission.

Ce scénario donne l’illusion à l’intéressé d’être professionnel. Ce sentiment consolide le scénario de vie, alors que la mise en œuvre tarde et que d’autres vont plus vite. Apprendre à entreprendre sans tout maîtriser donnera de lui une image plus positive. Rien ne lui empêche d’énoncer alors des précautions oratoires sur sa prise de risques. Faute de quoi, l’image qui peut lui être associée est celle d’un manque d’audace.

Le scénario « Jamais » La personne ayant ce scénario a la perception qu’elle n’y arrivera jamais.

Ce scénario se vit de l’intérieur. Il n’est pas exprimé et donc personne de l’environnement ne va apporter la contradiction. La Personnalité confrontée à ce scénario de vie a du mal à demander assistance ce qui ne va pas l’aider. En restant dans ce schéma elle n’a plus qu’à se débrouiller seule et donc à conforter ce scénario de ne jamais y arriver.

Le scénario « Toujours » Lors d’un choix à faire, la personne veut garder les avantages de chacune des options qui se présentent à elle.

« Ça en jette quand je dis que j’habite Paris XIIème mais je n’ai que 43 m². Alors qu’au Kremlin-Bicêtre, à une station de métro de Paris, j’ai le double de surface pour le même prix ». Conscient de ce scénario de vie, la décision de déménager deux ans plus tôt aurait été évidente.

Le scénario « Presque I » La personne rate des opportunités à peu de chose près.

Une fois presque arrivé à la fin de la ligne droite soit par une baisse de concentration, soit pour une autre raison, à peu de chose près, le succès est loupé ou incomplet.

Le scénario « Presque II » La personne réussit ses performances, mais simultanément il y a toujours quelque chose qui ne va pas.

« Bien sûr j’ai eu la signature de ce contrat (le plus gros depuis 5 ans) mais je suis déçu car je pensais aussi signer la maintenance ».

Qualifier son scénario de vie

Si à cette première lecture, il n’est pas évident de qualifier celui des scénarios de vie qui vous concerne, sollicitez votre entourage, tant privé que professionnel. Ayez-en le cœur net. C’est la première opération à faire : débusquer votre scénario de vie.

Cependant en scrutant sa vie, l’intéressé est le plus à même de repérer les évènements qu’il a vécu comme des échecs et ainsi d’identifier à quel scénario se rattachent ces évènements.

.

L’incidence du scénario dans tout une vie

L’incidence du scénario de vie dans tous les domaines

A notre insu, imperceptiblement le scénario pollue notre vie, dégrade la portée de nos actions, détériore l’image que les autres ont de nous, pire, il entame l’image que nous avons de nous-même. Comment accepter cette érosion sur tant de domaines ?

Si vous vous reconnaissez dans un des scénarios ou même deux, ce n’est pas grave. Mais cela vaut la peine de s’en occuper faute de quoi ce scénario se reproduit toute la vie. C’est en cela qu’un scénario nous tire insensiblement vers le bas.

Comment s’y prendre ? Bonne nouvelle, c’est loin d’être mission impossible. Il faut juste être un peu discipliné.

.

1ère étape pour se libérer de son scénario de vie

Reprendre le pouvoir sur son scénario de vie

Ce serait une erreur d’ambitionner d’éradiquer le scénario de vie d’emblée. Au fil des années, le scénario s’est installé dans notre manière d’agir. Il fait temporairement partie de nous. Dans un 1er temps il s’agit de limiter les dégâts en le repérant. Cette étape est suffisante pour que son influence soit neutralisée. Si après quelques temps, vous souhaitez mener des actions spécifiques, vous en trouverez dans notre 1er livre « Process Com pour les managers ». Le repérage de votre scénario de vie sera votre première victoire sur lui.

Comme nous l’avons vu ci-dessus la 1ère étape à entreprendre, c’est d’identifier lequel de ces scénarios vous reproduisez régulièrement. Ensuite c’est repérer chaque fois qu’il se déclenche. C’est là où vous devez être discipliné, tenace même. L’action de ce scénario de vie ne doit plus vous échapper. Fixez-vous comme objectif de ne louper aucune fois où il se met en œuvre. Ensuite vous verrez que vous n’aurez aucune difficulté à neutraliser ses effets nocifs.

Voici comment Christophe Dacier décrit cette démarche de libération dans son livre « Et si vous choisissiez votre réincarnation » : « Prendre conscience de nos conditionnements, c’est déjà prendre le pouvoir dessus et se donner le choix ». C’est ce que nous vous incitons à entreprendre « prendre le pouvoir sur vos scénarios de vie » et ainsi rendre votre vie plus facile.

Christian Becquereau
Assisté de Sylvie Nélaton

3
0
Faire grandir ses collaborateurs avec ou sans PCM®

« Faire grandir ses collaborateurs ». Cette formule en impose, non ? Il faut quelquefois regarder à 2 fois ces formules qui voguent sur les modes et nous filent des complexes. Ce sujet mérite d’être creusé avec l’arrivée de la génération Milléniale. Qui y a-t-il derrière cette belle promesse ? Comment savoir sur quoi faire grandir tel collaborateur ? Quelles actions mener ? Même si vous ne connaissez pas PCM (Process Communication Model), avec cette grille de lecture, cet article a pour objet de savoir comment faire grandir ses collaborateurs.

 

La générosité, l’ennemi ?

Depuis 1998, nous avons reçu en formation plus de 4000 managers. Il est remarquable de constater que la majorité d’entre eux est de nature généreuse. Ils veulent donner à leurs collaborateurs, leur apprendre, leur transmettre. Tout cela est très bien sauf que comme Sylvie et moi, nous le démontrons dans notre 3e livre[1], les qualités poussées un peu trop ont des effets pervers. Le dicton populaire l’indique « le mieux est l’ennemi du bien ».

L’une des grandes tentations du manager est de montrer comment faire. Il se substitue à son collaborateur pensant lui rendre service, alors que le collaborateur aura la sensation de ne pas avoir grandi. Le manager a cru bien faire et n’imagine pas le vécu de ses collaborateurs. Quiproquo classique. Que faire ? Une solution : Être champion en délégation.

 

Faire grandir ses collaborateurs

Bien sûr, il y a maintes manières de faire grandir ses collaborateurs. L’une d’entre elles est de leur transférer le métier ou de les rendre de plus en plus autonome dans le job. C’est aussi de leur apprendre à être plus fort dans l’adversité, etc. Chacun ira de sa réponse. Mais au quotidien, cela se traduit par quels actes ? Nous allons voir l’une des voies possibles que pointe Process Com.

 

Sans connaître PCM

PCM démontre, de manière évidente que chaque personne dispose en elle de 6 personnalités plus ou moins actives. Chacune de ces personnalités a sa manière d’entrer en stress. PCM propose les antidotes spécifiques pour baisser le stress d’un interlocuteur instantanément et établir le meilleur relationnel qui soit.

D’autre part PCM attribue à chaque personnalité un scénario qu’elle reproduit de manière inconsciente. Quand on découvre son propre scénario, on se dit : « ah, oui, c’est vrai que j’ai vécu ce scénario un certain nombre de fois ». A chaque fois, cela aboutissait à une perte de performance quand il ne s’agissait pas d’un échec. Sitôt que nous en sommes conscients, nous les repérons et nous prenons les dispositions pour éviter leurs effets négatifs.

 

Six scénarios de vie

Les personnalités se partagent 4 scénarios. Voici leurs attributions.

 

Personnalité PCM Scénario de vie Ça veut dire…
Persévérant Tant que Tant que je n’aurai pas la vision complète je ne passe pas à l’action
Analyseur Tant que Tant que je n’aurai pas les outils je ne passe pas à l’action
Empathique Après Pour l’instant ça marche plutôt bien mais après… il n’y a rien de sûr
Imagineur Jamais Je n’y arriverai jamais
Promoteur Toujours Dans ce choix à faire, je veux garder les avantages des deux options
Énergiseur Toujours Dans ce choix à faire, je veux garder les avantages des deux options

 

Identifier le scénario de vie

Vous avez 2 moyens d’identifier le scénario de vie d’un proche. Soit vous connaissez PCM et vous savez quelle personnalité votre interlocuteur vous présente, et donc le scénario d’échec auquel il est confronté, soit vous ne connaissez pas PCM et vous allez repérer directement le scénario d’échec. Ce sera indiqué ci-dessous pour chaque personnalité.

 

Persévérant

« Tant que… je n’aurai pas la vision complète, je ne passe pas à l’action ». C’est un objet de procrastination. Le défi de cette personnalité, c’est « d’apprendre en marchant », comme on dit.

Les 2 premières choses à faire : 1/ lui donner le droit à l’erreur et 2/ nommer ce scénario qui retarde la performance. Il est possible de lui dire que cela ressemble à un scénario d’échec, se elle a l’impression qu’elle a déjà été confronté à ce frein.

Le signal pour repérer le scénario, c’est cette forme de procrastination.

 

Analyseur

« Tant que… je ne dispose pas de tous les outils, je ne passe pas à l’action ». Le défi de cette personnalité, c’est d’accepter de ne pas faire du parfait.

Les 2 premières choses à faire 1/ lui donner l’autorisation de ne pas faire du parfait, en lui rappelant des prouesses qu’elle a déjà réalisées dans le passé alors qu’elles ne lui semblaient pas parfaites, et 2/ nommer ce scénario qui retarde la performance. Lui dire que cela ressemble à un scénario d’échec, si elle a l’impression qu’elle a déjà été confrontée à ce frein.

Le signal pour repérer le scénario, c’est cette forme de procrastination.

 

Empathique

« Après… il est probable que ce ne soit pas aussi bien ».

Les 2 premières choses à faire 1/ parier que l’avenir sera meilleur que ce qu’elle préannonce (d’un ton enjoué). 2/ chaque fois que l’avenir a été mieux (dans la plupart des cas), c’est l’occasion de lui dire que son pronostic pessimiste la dessert.

Le signal pour repérer le scénario, c’est sa structure de phrase « mes résultats sont bons mais dans le 2e semestre, ce sera moins évident. ».

 

Imagineur

« Jamais… je n’y arriverai ».

Les 2 premières actions à mener 1/ lui dire dans le détail ce qu’elle a à faire et valider auprès de qui elle a  prévu de demander de l’aide au cas où… 2/ Valider qu’elle a demandé de l’aide et souligner qu’elle n’est pas seule.

Ce scénario « jamais » peut engendrer une distance de la part de son entourage.

Le signal pour repérer cette personnalité : elle semble se complaire dans la solitude et peut prendre l’air absent même en plein milieu d’un groupe.

 

Promoteur

« Toujours…je veux garder les avantages des différents choix que j’ai à faire ».

L’action à mener 1/ lui dire que c’est non négociable en utilisant son prénom, avec un grand sourire et un ton amical.

Le scénario « toujours » qui se traduit par je veux tout, peut amener les autres peuvent à prendre de la distance.

Le signal pour repérer cette personnalité : elle négocie en permanence pour obtenir toujours plus.

 

Énergiseur

« Toujours… ce serait sympa de garder les avantages des différents choix que j’ai à faire ».

Les 2 premières actions à mener 1/ lui proposer, d’une manière enjouée, de jouer à pile ou face. 2/ lui dire que c’est drôle sa manière de ne pas savoir choisir. Ça ressemble à un scénario qui peut desservir son image auprès de son entourage.

 

Le livre « Process Com pour les managers »

Dans les six cas, il peut être intéressant de leur donner accès à ce 1er livre où je traite d’une autre manière les scénarios de vie. A l’interlocuteur de déterminer s’il se reconnait dans le scénario d’échec évoqué.

 

Grandir vraiment

Contribuer à ce qu’une personne conscientise et se débarrasse d’un scénario qui la dessert et qu’elle aurait répété toute sa vie, est une action pour la faire grandir. Ensuite, c’est à cette personne de se prendre en charge. En tout état de cause vous lui aurez donné la possibilité de grandir.

Christian Becquereau

[1] « Lâchez les comportements qui vous jouent des tours » (Process Communication en développement personnel)

4
0