Le Blog Le Blog

Tag: baisse du stress
Le pouvoir de baisser le stress avec PCM ?

Le pouvoir de baisser le stress d’un interlocuteur ?

A-t-on ce pouvoir sur l’autre ?

Non, personne n’a le pouvoir de baisser le stress d’un interlocuteur. Le Dr Taibi Kahler est très clair sur ce sujet car il qualifie de Mythe toute croyance d’un pouvoir sur l’autre (cf. les 4 mythes de T Kahler). Mais alors, la promesse de PCM (Process Com) où le stress de l’autre baisse, serait-elle une arnaque ? Car si ce n’est pas une arnaque, il faut le démontrer.

Garantir un bon relationnel

Il est nécessaire que le stress de l’autre baisse

Ce n’est pas seulement un modèle pour mieux se connaître et mieux connaître les autres. Process Communication Model (PCM) se distingue par son efficacité en matière de relationnel et de coopération. C’est un outil qui offre à son praticien la capacité de rétablir une relation dégradée et même d’établir d’excellents relationnels avec tout le monde. Ceci n’est rendu possible que si le stress de l’interlocuteur baisse en un instant. C’est pourquoi il est impératif de répondre à la question « peut-on faire en sorte que le niveau de stress d’un interlocuteur baisse ? ». Si nous n’avons pas ce pouvoir, fixons-nous un objectif différent : créons des conditions favorables à la baisse du stress.

Le stress est une résultante

Le besoin psychologique est la clé principale

Autant chaque personne a des besoins physiologiques comme le besoin d’avoir un toit, de manger à sa faim, autant nous avons aussi des besoins psychologiques. Chacune des 6 Personnalités PCM a un ou plusieurs besoins psychologiques spécifiques. Par exemple la reconnaissance du travail est l’un d’entre eux, le besoin d’excitation en est un autre. PCM en identifie huit[1].

Quand l’un de ces besoins psychologiques n’est pas satisfait c’est comme pour le réservoir d’essence d’une voiture. Quand celui-ci est vide, il y a quelques ratés avant-coureurs puis la voiture s’arrête. Les besoins psychologiques sont notre carburant, grâce auxquels nous avons accès à nos potentiels, nous sommes ouverts, sereins, etc. PCM nous apprend que lorsque que nos besoins ne sont plus satisfaits, nous entrons en stress. Le stress est donc la résultante de la non-satisfaction du ou des besoins psychologiques qui nous concernent.

Le mécanisme de la baisse de stress

La baisse de son propre stress

Avec PCM toute personne peut éviter d’entrer en stress. Ce stress est désagréable pour elle et pour son environnement. Il détériore ses relationnels et sabote les coopérations possibles. La forme spécifique du stress révèle le besoin psychologique à satisfaire. C’est de notre responsabilité de satisfaire ce Besoin afin d’éviter d’entrer en stress.

Par exemple, comment satisfaire le besoin de la reconnaissance de notre travail ? Il est judicieux de privilégier la fréquentation des personnes qui nous apprécient et nous le disent. Ensuite félicitons-nous, nous-même par mail ou sms et tenons un journal où nous notons nos prouesses. Ensuite apprenons à demander du feedback à notre manager. Il nous a confié une responsabilité. Il trouvera normal que nous lui demandions si cela s’est passé comme il s’y attendait. Ce processus provoque souvent le bénéfice d’être félicité, complimenté ou encouragé. C’est aussi une occasion d’entretenir du lien avec notre manager.

Maintenant que nous savons comment ça marche pour soi, il reste la question « baisser le stress de l’autre ».

Baisser le stress de son interlocuteur

Satisfaire le Besoin Psychologique en une phrase

Quand nous écrivons « baisser le stress », cela ne veut pas dire l’éradiquer mais baisser son niveau. Ceci étant précisé revenons à la baisse du stress de l’autre.

Le modèle Process Com démontre qu’une relation ou une coopération qui se dégrade est quasiment toujours la conséquence du stress de l’un des deux interlocuteurs. Pour rétablir ce relationnel ou cette coopération, il s’agit que le stress baisse… en un instant si possible.

Dans Process Communication Model il n’y a que 12 comportements différents de stress à savoir repérer pour identifier celui qu’exprime l’interlocuteur. Ces 12 expressions de stress sont faciles à mémoriser car elles sont observables et bénéficient de définitions simples, tenant sur une ou deux lignes. Une fois le stress de l’interlocuteur qualifié, il suffit de satisfaire le Besoin psychologique correspondant avec une phrase. La satisfaction du Besoin psychologique est tellement puissante que son effet est immédiat. C’est le 1er effet. Et il y en a 3 !

Voici maintenant le 2ème effet. Lorsque le praticien utilise Process Com, il change d’attitude. Ce changement est perçu par l’interlocuteur en stress. C’est ce qui met en place l’environnement favorable à la baisse du stress. Voyons comment cela se produit.

Et le stress du praticien PCM ?

Le praticien peut être aussi en stress

Intéressons-nous au praticien PCM. Une relation ne lui convient pas. Il s’en rend compte au cours de l’échange. Tout en continuant l’entretien il sait qu’il dispose de l’outil PCM pour analyser ce qui se passe et ainsi savoir comment agir.

En entamant cette démarche le praticien adopte une posture d’observateur. Ce qui est tout à fait différent de quelqu’un qui serait mal à l’aise dans un échange et se demanderait ce qui lui arrive. L’observateur n’est pas concerné par le côté désagréable du relationnel qui grippe, c’est le technicien PCM qui va dérouler son processus. Le praticien n’est plus en stress.

A ce phénomène s’ajoute un 3ème effet qui renforce encore l’efficacité du processus PCM.

Le 3ème effet du processus PCM

Le changement observable du praticien

La phrase susceptible de baisser le stress d’un interlocuteur comporte 3 éléments PCM : bien sûr la satisfaction du besoin psychologique mais aussi l’usage de la perception du monde et du canal de communication qui convient à la Personnalité que lui présente son interlocuteur. En formulant cette phrase, d’un seul coup, non seulement le praticien change de comportement. Il adopte un relationnel qui se phase de manière idéale pour son interlocuteur. Cette modification est observable et ressentie par l’interlocuteur. Celui-ci devine une ouverture qui le met dans de meilleures dispositions pour que son stress baisse.

PCM tient-il ses promesses ?

Magique et techniquement explicable

Le résultat a un caractère magique dans la mesure où il est efficace et aussi parce que son effet est soudain. Mais tout s’explique. Le praticien n’a pas besoin d’avoir le pouvoir de baisser le stress de son interlocuteur. Ce serait un mythe. Il n’est pas magique puisque c’est la combinaison des 3 effets développés ci-dessus qui crée les conditions optimales pour obtenir un environnement idéal à la sortie du stress de l’interlocuteur ou au moins à la baisse de son stress.

Épilogue

Depuis plus de 30 ans, nos travaux sur ce modèle se sont concentrés sur l’identification chez l’autre de la Personnalité qu’il présente. Cette expertise rend PCM efficace à tous les coups.

Vous trouverez les clés dans nos 3 livres « Process Com pour les managers » – « la Process Com » et « Lâchez les comportements qui vous jouent des tours (PCM en développement personnel) ».

Christian Becquereau, assisté de Sylvie Nélaton
Le Kremlin Bicêtre, le 11 fév. 2024

[1] Dans nos développements en complément de PCM, nous avons deux besoins psychologiques qui concerne la Personnalité Imagineur (Rêveur).

10
0
PCM® et l’Entretien Annuel

En entreprise, l’Entretien Annuel (EA) est une obligation instituée il y a des dizaines d’années. Malgré cette longue expérience une statistique établie par « benchmark Group » révèle que « 58% des managers redoutent de démoraliser leurs collaborateurs lors de l’EA ». Cette statistique interpelle alors que l’EA devrait être un acte managérial fondateur de la réussite du collaborateur. Qu’est-ce qui justifie cette crainte ? Dans cet article nous allons voir que PCM et l’Entretien Annuel peuvent coopérer pour redonner à ce rdv managérial la puissance que ses concepteurs en attendaient.

L’Entretien annuel et le stress

Le 1er objectif que le manager peut viser avec cet acte managérial, c’est son collaborateur en sorte gonflé à bloc, avec un niveau de confiance en soi au top !

La plupart des collaborateurs arrivent à l’EA stressés, que cela soit apparent ou pas. Ils vont être jugés, il y a le risque de s’entendre dire des choses désagréables et il y a les enjeux : les primes, l’augmentation de salaire, l’évolution de carrière et la découverte de l’objectif de la période suivante. En matière de baisse du stress, l’outil PCM est probablement le meilleur outil pour le manager. PCM nous apprend que les différents stress ont leur antidote. Grâce à l’usage des antidotes aux stress le manager va baisser le stress de son collaborateur et ainsi créer des conditions idéales pour cet Entretien Annuel.

Quelques lignes sur Process Communication Model / PCM[1]

Le modèle PCM démontre qu’en chaque personne, il y a 6 personnalités distinctes. Nous avons plus ou moins d’énergie dans chacune d’elle. La combinaison de ces 6 personnalités à différents taux d’énergie fait de chaque personne une personne unique.

Chacune des 6 personnalités exprime son stress sous 2 formes repérables soit 12 formes de stress identifiables à l’observation. Il y a 8 antidotes aux stress pour les 6 personnalités. C’est simple à mémoriser et à pratiquer. Le manager praticien de PCM sait laquelle des 6 personnalités lui présente son collaborateur. Il sait d’emblée quelle antidote[2] baissera le stress de son collaborateur.

La répartition du temps, une clé

Peu de formations abordent la question de la répartition du temps de l’EA. Combien de temps à consacrer au bilan et combien de temps à consacrer à la prochaine période ? Ce choix produit un impact majeur sur la nature de l’Entretien Annuel.

La plupart des managers consacre la majeure partie du temps de l’entretien à l’année à venir. Ils évoquent l’enjeu, l’objectif, ce qui change, les points de progrès, etc. En ayant fait ce choix, le manager prend la main, c’est son entretien. Le collaborateur n’existe pas. Celui-ci restera focalisé sur les points de progrès qu’il vivra comme autant de critiques sur ses insuffisances de compétence. Pour éviter cette situation nocive pour la motivation, il faut inverser la répartition du temps.

Priorité au bilan

Le manager va demander à son collaborateur d’évoquer son année. En racontant son année, le collaborateur est la star. Il va dire ce qu’il a réussi, ce qu’il a raté, ce qu’il fera différemment. Il dira ce dont il est fier.

Si son manager lui laisse tout l’espace, celui-ci va découvrir des actions qu’il n’avait pas vues. Les collaborateurs sont plus souvent qu’on le pense des héros ! Cela produit un effet motivationnel fort « je suis reconnu dans ce que je fais ». Rien que la phase d’écoute est une forme de reconnaissance. Le collaborateur ressort de l’entretien gonflé à bloc pour réussir la période suivante.

En consacrant la majorité du temps de l’entretien au bilan de la période précédente le manager évite de faire partie des 58% managers qui craignent de démotiver leurs collaborateurs.

Les antidotes au stress

Les antidotes PCM sont essentiellement des reconnaissances de son travail, de ses opinions, de sa personne en tant que telle, de ses efforts, etc. Les félicitations sont une voie royale pour exprimer ces reconnaissances et donc de baisser le stress de ses collaborateurs. Quand le collaborateur raconte son bilan, il évoque ce qu’il a réussi, les prouesses qu’il estime avoir réalisées, les obstacles qu’il a franchis, ce qu’il n’a pas réussi comme il l’espérait et comment il s’y prendra différemment la prochaine fois. C’est autant d’occasions pour lui adresser des félicitations ou des encouragements et donc de baisser son stress et de laisser sa motivation monter.

Le collaborateur se sentira reconnu, pas seulement pour ses résultats mais aussi pour qui il est. L’Entretien Annuel n’est plus de même nature.

 

Auto-Evaluation dans l’Entretien Annuel

Certaines entreprises demandent au collaborateur de procéder à leur auto-évaluation en préparation de l’entretien. Avec ce procédé, il est judicieux de connaître PCM car cela peut créer des injustices en toute bonne foi.

En coaching mon client m’annonce que son Entretien Annuel se tiendra la semaine suivante et que le groupe pratique l’auto-évaluation. Il assure avec brio des responsabilités européennes. Or le plus souvent, il montre 2 des 6 personnalités dont les caractéristiques vont le désavantager dans l’exercice d’auto-évaluation. Il connaît PCM ce qui me permet de lui expliquer.

Avec sa personnalité « Analyseur » en 1er degré de stress, il aura le sentiment qu’il aurait pu faire mieux. Il aura donc tendance à sous évaluer ses performances. Son autre personnalité « Empathique » vit avec un déficit de confiance en soi ce qui se traduit par voir les choses de manière plutôt négative. Là aussi la vision de son bilan sera en dessous de la réalité.

Avec mon client, nous avons calé au juste niveau le bilan de son année. Mais tout le monde n’a pas un coach !

Le manager qui ne connaît pas PCM prendra la vision de ces personnalités pour argent comptant. Ce qui est dommageable pour tous les collaborateurs qui présentent ces 2 personnalités PCM.

 

Entretien Annuel – collaborateur hyper motivé

Au sortir d’un Entretien Annuel, le collaborateur qui a pris en compte ses personnalités PCM et leurs caractéristiques a mis son auto-évaluation au bon niveau. S’il a eu l’occasion de raconter l’histoire de son année, d’expliquer comment il a réussi à franchir les obstacles, mené les négociations externes et internes, les initiatives qu’il a osé prendre, les innovations qu’il a imaginées, ce qu’il a appris de ses échecs, il n’est plus la même personne. Il a même un nouveau regard pour son chef et dans une certaine mesure pour l’entreprise. Son manager a fait le job avec une option plutôt contre-intuitive : passez plus de temps au bilan qu’à la période à venir.

L’association PCM et l’Entretien Annuel change la donne et le résultat à venir. L’Entretien Annuel peut redevenir l’acte fondateur de la réussite de l’année.

Christian Becquereau

Inscrivez-vous sur notre blog www.process-relationnel.com

[1] Pour les lecteurs qui ne connaissent pas PCM.

[2] Certaines personnalités ont 2 antidotes. En tout, il y a en 8 pour les 6 personnalités.

8
0